La progression fulgurante du compte Twitter d'Anne Hidalgo

Cédric Garrofé et Matthieu Goar

— 

Capture d'écran du compte twitter d'Anne Hidalgo, le 29 mai 2013. 
Capture d'écran du compte twitter d'Anne Hidalgo, le 29 mai 2013.  — DR

C’est un argument de campagne à la mode. Mardi soir, Bruno Julliard, qui animait le premier meeting de campagne d’Anne Hidalgo, s’est félicité de la popularité de la candidate sur les réseaux sociaux. «Nous sommes à plus de 90.000 followers sur Twitter», déclare le socialiste sous les applaudissements.

Inscrite depuis mars 2009 sur Twitter et très intéressée par cet outil comme elle l’expliquait à 20 Minutes en 2011, l’adjointe au maire est, campagne oblige, de plus en plus active sur ce réseau très suivi par les journalistes.  Mais, contrairement à d’autres, elle n’y a pas connu une progression linéaire. Le 24 novembre 2012, elle cumule  60.133 abonnés. Son équipe de campagne se félicite alors dans un article du Figaro de la popularité grandissante de la candidate. Comme par magie, 24 heures plus tard, le 25 novembre, son compte affiche 89.112 followers.

Ce boost de près de 30.000 followers en 24 heures intrigue. Car il n’est généralement possible qu’après un événement planétaire auquel la candidate aurait pu être mêlée ou si une personne dépense de l’argent pour acheter de faux followers. Une pratique expliquée ici et qui aurait pu bien aider une candidate en mal de notoriété après avoir vécu de longues années dans l’ombre de Bertrand Delanoë.

Son équipe de campagne, interrogée par 20 Minutes mardi soir, dément formellement. Ils disent s’être aperçus de ce boost de followers en novembre mais avoir été «victimes» d’un internaute anonyme. «Nous avons tout de suite pensé que le compte était piraté», glisse un proche. Le 26 novembre, Anne Hidalgo publiait d’ailleurs un tweet où elle s’étonne de cette progression et demande aux internautes de mener l’enquête.

Puis la candidate publie un deuxième tweet 

Une explication plausible?

Ensuite, l’équipe d’Anne Hidalgo dit s’être mise en contact avec Twitter France qui serait en train de nettoyer le compte, ce qui expliquerait la baisse du nombre de folllowers qui est arrivée dans les heures qui ont suivi (80.730 abonnés, le 27 novembre). La version de l’équipe de la candidate est plausible, certains internautes malveillants pouvant acheter de faux followers pour décrédibiliser une personnalité. «Encore maintenant, on ne sait pas qui cela peut être. Mais ça ne nous arrange pas, cela fausse nos statistiques», confie un membre de l’équipe.

Une époque où Hidalgo pose les premiers jalons

Ce pic d’inscription correspond à une période où Anne Hidalgo pose les premiers jalons de sa future campagne. A la rentrée, elle annonce son intention de succéder à Bertrand Delanoë. Début octobre, elle lance Oser Paris, une association de soutien à sa campagne qui doit fédérer et rassembler les idées des Parisiens en vue de construire un programme. Depuis Ségolène Royal, le participatif est à la mode. D’où l’intérêt d’être puissante sur les réseaux sociaux. Notamment face à une star de Twitter, NKM, qui a attiré près de 235.000 internautes sur son compte Twitter, mais dont la courbe de progression est plus régulière :