Pierre-Yves Bournazel: «Le changement des règles du jeu restera comme un doute»

Propos recueillis par Alexandre Sulzer

— 

Pierre-Yves Bournazel candidat UMP à la mairie de Paris en 2014, le 15 janvier 2013.
Pierre-Yves Bournazel candidat UMP à la mairie de Paris en 2014, le 15 janvier 2013. — A. GELEBART / 20 MINUTES

Avec Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Legaret et Franck Margain, Pierre-Yves Bournazel, conseiller de Paris du 18e arrondissement, est l'un des candidats à la primaire UMP de Paris.

Nourrissez-vous, à l’instar de Jean-François Legaret, des «suspicions de fraude» quant au scrutin des primaires UMP à Paris?

On ne change pas les règles et les dates d’inscription à un scrutin quelques jours avant celui-ci [la date butoir pour s’inscrire, initialement fixée le 28 mai, a été repoussée de cinq jours, jusqu’au dernier jour du vote prévu du 31 mai au 3 juin]. C’est une question de respect des règles qui ont été décidées en commun. Le changement des dates d’inscription, donc des règles du jeu, contre l’avis de trois candidats [Pierre-Yves Bournazel, Jean-François Legaret et Franck Margain] restera comme un doute. L’intérêt général commande de ne pas modifier les règles.

Cela signifie que vous allez encore essayer de convaincre la fédération de revenir en arrière?

Oui. J’irai mercredi à 17h au conseil des primaires avec Jean-François Legaret et Franck Margain pour leur demander de respecter les engagements. Pourquoi? Dans nos documents de campagne, à la télévision, dans les débats, nous avons expliqué des règles qui ne sont plus adaptées. C’est un vrai problème, ne serait-ce que de communication. C’est comme si, à Roland-Garros, on perdait les trois premiers sets et qu’on en demandait un quatrième. Je vais plaider cela sereinement et je pense que nous serons entendus. A défaut, cela signifierait un vrai manquement aux règles élémentaires de la transparence et de la sincérité.

Si vous n’obtenez pas satisfaction, que ferez-vous?

Je ne peux le croire. Les organisateurs privilégieront l’intérêt général et le respect des engagements pris. Je suis confiant. Une autre décision me semblerait dangereuse et hasardeuse pour la suite. A chacun de prendre ses responsabilités.

Il semblerait qu’il y ait beaucoup moins d’inscrits à la primaire qu’espéré dans un premier temps. L’allongement de la durée d’inscription ne permet-il pas de répondre à ce problème?

Cela fait des semaines qu’on le sait. A un moment donné, il faut bien arrêter les opérations d’inscription. Sinon, on peut aussi le repousser en septembre, le vote! Ce qui est important maintenant, ce n’est pas qu’on ait 16.000 ou 18.000 votants, c’est qu’on ait toute la transparence et la sincérité du scrutin pour que le gagnant en sorte légitimé.