Une majorité de Français pour le droit de vote des étrangers

Alexandre Sulzer

— 

Illustration urne et enveloppes. Vote.
Illustration urne et enveloppes. Vote. — ALEXANDRE GELEBART / 20 MINUTES

Les Français restent majoritairement favorables au droit de vote des résidents étrangers extra-communautaires aux élections municipales et européennes mais l’écart se resserre. C’est le principal enseignement du sondage Harris Interactive pour La Lettre de la citoyenneté, dévoilé en exclusivité par 20 Minutes.

Un résultat qui est «une bonne nouvelle» pour François Hollande, assure Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique-opinion d’Harris Interactive. Le président de la République a rappelé en effet, lors de sa dernière conférence de presse, qu’il soumettrait un texte sur l’extension du droit de vote aux élections locales au Congrès après les municipales de 2014. Et ce, bien que la gauche ne dispose pas de la majorité des 3/5es pour l’adopter.

Un renforcement du soutien sur le long terme

54% des sondés se disent favorables au droit de vote des étrangers (18% sont très favorables) contre 42% qui se prononcent contre. Il y a deux ans, ils étaient 59% à se dire pour et 39% à dire le contraire. «Nous menons l’enquête depuis 1994 de façon régulière et sur le long terme, l’évolution de l’opinion est favorable, note Jean-Daniel Lévy, une large majorité de Français étaient contre au milieu des années 90.»

L’opinion reste toutefois très clivée en fonction des sympathies partisanes et de la classe d’âge. Ainsi, 72% des sympathisants PS, 72% de ceux d’EELV, 68% de ceux du Front de gauche et 60% de ceux du MoDem sont en faveur du droit de vote des étrangers. Ils ne sont que 37% à l’UMP et 33% au FN.

Plus les Français sont âgés, moins ils sont favorables au droit de vote. Les 18-24 ans sont les plus enthousiastes avec 70% d’entre eux qui le plébiscitent. Ils ne sont plus que 59% parmi les 25-34 ans (soit une baisse significative de 18 points en deux ans chez ces sondés en intégration professionnelle), 56% chez les 35-49 ans et à peine 48% chez les 50 ans et plus.

Une opinion peu figée

«Les études qualitatives, menées en marge du sondage, montrent que, parmi les gens de gauche, le droit de vote des étrangers n’est pas une revendication spontanée, même s’il est soutenu. Les Français de droite, qui y sont opposés, en parlent plus spontanément. A gauche, certains, même s’ils sont pour, se disent contre par peur que cette réforme ne crée de nouvelles tensions dans la société française», remarque Jean-Daniel Lévy.

Des Français clivés mais majoritairement favorables et un soutien au projet qui diminue au fil de sa médiatisation: la structuration de l’opinion sur le droit de vote des étrangers n’est pas sans rappeler celui sur le «mariage pour tous». Ce qui fait dire au sondeur que l’opinion pourrait se retourner à l’avenir. «Elle n’est pas figée, tout dépendra donc de la façon dont les politiques poseront le débat, analyse Jean-Daniel Lévy. S’il est présenté comme un jeu d’égalité ou de reconnaissance d’une minorité particulière.» 

L'enquête a été réalisée par téléphone du 17 au 20 mai 2013 sur un échantillon de 979 individus représentatifs de la population française selon la méthode des quotas.