Législative partielle: Jérôme Cahuzac se cherche un suppléant

LOT-ET-GARONNE L'ancien ministre sème de plus en plus d'indices accréditant l'idée d'une nouvelle candidature...

M.P. avec AFP

— 

Jérôme Cahuzac déambule samedi 11 mai 2013 sur le marché de Villeneuve-sur-Lot, ville dont il a été maire.
Jérôme Cahuzac déambule samedi 11 mai 2013 sur le marché de Villeneuve-sur-Lot, ville dont il a été maire. — J. FAURE / AFP

L’hypothèse d’un retour de Jérôme Cahuzac à Villeneuve-sur-Lot se précise jour après jour. L’ex-ministre du Budget a en effet proposé à un élu du Lot-et-Garonne d’être son suppléant en vue de la future élection législative partielle organisée suite à sa démission. L’intéressé, Daniel Borie, conseiller général PS de Tournon d’Agenais, par ailleurs vice-président du Conseil général de Lot-et-Garonne, s’est dit persuadé «à 80%» que Jérôme Cahuzac ira «jusqu’au bout de cette démarche».

Cette proposition, qu’il a déclinée, lui a été faite le 30 avril, au lendemain de la primaire organisée par le PS pour trouver son candidat, a-t-il ajouté, confirmant des informations qu’il avait donné à Sud-Ouest. Daniel Borie - qui était le suppléant potentiel de Catherine Joffroy, avocate socialiste ayant participé à cette primaire finalement remportée par Bernard Barral - a ajouté que Cahuzac espérait «que les électeurs lui gardent une part de reconnaissance qui lui permettra de retrouver son siège à l'Assemblée nationale».

Un local de campagne, un sondage local...

Jérôme Cahuzac est «en capacité de recueillir suffisamment de suffrages pour se maintenir au second tour», a-t-il encore déclaré: «Il a beaucoup consulté et il est déterminé à aller jusqu'au bout d'après moi. Il est persuadé que s'il gagne la légitimité, de par les voix des électeurs, sa place serait tout naturellement retrouvée à l'Assemblée nationale».  L’élu local explique avoir beaucoup réfléchi de son côté et décliné l’offre du ministre à la demande de ses enfants.

Cette démarche est en tout cas un nouveau signe que l’ancien ministre, «démissionné» de Bercy et exclu du PS après son mensonge sur son compte suisse, envisage très sérieusement de se représenter dans son fief. Samedi, comme tout candidat lambda, il a fait un tour sur le marché local pour serrer les mains de quelques administrés. Et lundi, la Depêche du Midi a révélé qu’un de ses proches avait loué un local de campagne tandis que BFM TV affirmait que l’ex-ministre attendant le résultat d’un sondage local qu’il a commandé pour se décider. Il a jusqu’au 24 mai et le dépôt des candidatures pour mettre fin au feuilleton.