Présidentielle 2017: Fillon sera candidat «quoi qu'il arrive»

avec AFP

— 

Pour le premier meeting de Force républicaine, vendredi soir à Mandelieu (Alpes-Maritimes), celui qui s'est dit à Tokyo candidat "quoi qu'il arrive" à la primaire de 2016 - pique à peine déguisée à Nicolas Sarkozy - a choisi un terrain favorable: deux de ses principaux alliés, Eric Ciotti et Christian Estrosi, sont élus de ce département dont les militants UMP avaient été nombreux à lui accorder leurs suffrages lors de l'élection controversée à la présidence de l'UMP en novembre.
Pour le premier meeting de Force républicaine, vendredi soir à Mandelieu (Alpes-Maritimes), celui qui s'est dit à Tokyo candidat "quoi qu'il arrive" à la primaire de 2016 - pique à peine déguisée à Nicolas Sarkozy - a choisi un terrain favorable: deux de ses principaux alliés, Eric Ciotti et Christian Estrosi, sont élus de ce département dont les militants UMP avaient été nombreux à lui accorder leurs suffrages lors de l'élection controversée à la présidence de l'UMP en novembre. — Yoshikazu Tsuno AFP

L'ancien Premier ministre François Fillon a affirmé jeudi à Tokyo qu'il serait candidat à la présidentielle de 2017 «quoi qu'il arrive».

«Je serai candidat quoi qu'il arrive», a déclaré François Fillon à quelques journalistes, dont un de l'AFP, dans un hôtel de la capitale japonaise, peu après avoir été décoré par l'empereur Akihito du «grand cordon de l'ordre du Soleil levant», la plus haute distinction du Japon.