Les sarkozystes lancent «la fête de la Violette»

avec AFP

— 

Le PS a sa fête de la Rose, «le peuple de droite» aura sa «fête de la Violette»: chaque premier samedi de juillet, les sarkozystes se rassembleront en Sologne pour «préparer le retour» de leur champion, selon Guillaume Peltier et Geoffroy Didier, co-fondateurs de la Droite forte au sein de l'UMP.

La première édition de la fête de la Violette se tiendra le 6 juillet prochain dans le Loir-et-Cher, entre La Motte-Beuvron et Romorantin, dont Guillaume Peltier est originaire. «L'idée est de se rassembler pour préparer le retour de Nicolas Sarkozy, qui reste le leader naturel de la droite. On a plus que jamais besoin de lui. Il a le charisme, l'énergie et l'expérience», affirme Guillaume Peltier.

«Banquet populaire»

Selon lui, «le Parti socialiste a sa fête de la Rose, créée par Arnaud Montebourg, les communistes ont leur fête de l'Humanité. Nous n'avons rien! La fête de la Violette sera celle du peuple de droite. Elle s'adresse à toute l'UMP et plus largement à tous ceux et celles qui souhaitent le retour de Nicolas Sarkozy».

«Copéistes et fillonistes seront invités car nous voulons aussi contribuer au rassemblement de notre parti», insisté Geoffroy Didier. Brice Hortefeux, président de l'Association des amis de Nicolas Sarkozy, a déjà annoncé sa présence.

Coté récréation, les agapes de ce rendez-vous «festif et champêtre» débuteront par un apéritif, suivi d'un «banquet populaire», avec produits locaux, musique et bien sûr, sur chaque table, un bouquet de violettes, cette fleur «populaire, aux vertus de vitamine, symbole de fidélité aux convictions et aussi de ralliement des bonapartistes qui avaient un rapport direct au peuple». La violette sera désormais pour les sarkozystes «symbole de leur ralliement», veut croire Guillaume Peltier.

Nicolas Sarkozy trouve l'idée bonne

Côté militantisme, cette fête donnera l'occasion à ses participants de «faire le bilan» de l'année écoulée, «démontrer que François Hollande est le président du dépôt de bilan», et de tracer les «perspectives» de celle de l'année à venir.

Parmi les propositions que la Droite forte entend valoriser figurent «le retour aux 40 heures, ce qui revient à travailler une heure de plus par jour» et «dans les grandes entreprises, le versement obligatoire aux salariés de 10% des bénéfices sous forme d'actions» ou encore «l'interdiction de la syndicalisation des magistrats».

Chaque édition aura son invité d'honneur. Celui de 2013 n'a pas encore été choisi. A l'UMP, on précise que Nicolas Sarkozy a trouvé «cette idée bonne, parce qu'il est important que la droite occupe le terrain des idées».