Législatives post-Cahuzac: Primaire entre les 3 candidats PS

avec AFP

— 

Les trois candidats PS en lice pour succéder à Jérôme Cahuzac, lors d'une élection législative anticipée organisée en juin dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne, devaient se présenter lundi soir aux militants appelés mardi aux urnes pour les départager.
Les trois candidats PS en lice pour succéder à Jérôme Cahuzac, lors d'une élection législative anticipée organisée en juin dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne, devaient se présenter lundi soir aux militants appelés mardi aux urnes pour les départager. — Mehdi Fedouach AFP

Les trois candidats PS en lice pour succéder à Jérôme Cahuzac, lors d'une élection législative anticipée organisée en juin dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne, devaient se présenter ce lundi soir aux militants appelés mardi aux urnes pour les départager. Près de 290 militants socialistes de la circonscription sont appelés à se prononcer lors d'un vote organisé dans les différentes section PS de la circonscription.

C'est au cours d'une réunion réservée à ces militants, dans une salle municipale de Villeneuve-sur-Lot, que les trois prétendants, qui distinguent tous l'action politique de l'ancien ministre des Finances de celle de l'homme, devaient se présenter dans la soirée à l'investiture socialiste.

«Les électeurs sont tout à fait capables de faire la différence entre le bilan de Jérôme Cahuzac comme député, tout ce qu'il a fait de positif, ce qui a changé dans leur quotidien, et la faute d'un homme qui devra en répondre devant la justice», dit Catherine Joffroy, une avocate de 42 ans. Cette conseillère municipale à Pujols, soutenue par le maire de Villeneuve-sur-Lot Patrick Cassany, se défend d'être «l'héritière» de Jérôme Cahuzac. Elle affirme être candidate «pour défendre un bilan mais pas un homme».

«Travail remarquable»

Pour sa part, Bernard Barral, 66 ans, chef d'entreprise à la retraite et militant PS depuis 1974, soutient que «la pire des choses serait de laisser la porte ouverte à la droite et à l'extrême droite». «Jérôme Cahuzac a fait une erreur et il l'assume (...) il a été très clair et a avoué sa faute, même si c'était trop tard pour beaucoup d'entre nous qui étaient ses amis. Par contre nous ne lui enlèverons pas les réalisations qu'il a faites au niveau local en particulier pour les entreprises», affirme Bernard Barral.

«Tout le monde reconnaît, y compris dans l'opposition, que Jérôme Cahuzac a fait un travail remarquable. Pour autant, la situation provoque de la colère et de l'incompréhension dans nos rangs, nous ne devons pas baisser la tête car nous ne sommes pas responsables de ce cataclysme», devait plaider Eric Congé , 58 ans, inspecteur d'académie et maire de Gavaudin depuis 2008.

De son côté, Europe Ecologie les Verts, présente à la législative un candidat, Lionel Feuillas, et le Front de gauche, une candidate, Marie-Hélène Loiseau. Jérôme Cahuzac, mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale, avait remporté les élections en juin 2012 avec 61,4% des suffrages.