L'«hostilité» du PS vis-à-vis de l'Allemagne inquiète Bruno Le Maire

© 2013 AFP

— 

L'ex-ministre Bruno Le Maire (UMP) a expliqué dimanche sur France 5 que "la sagesse" commandait de se "concentrer" sur les élections municipales de 2014, et laissé entendre qu'il ne serait pas choqué qu'il n'y ait pas de nouvelle élection en septembre pour la tête de son parti.
L'ex-ministre Bruno Le Maire (UMP) a expliqué dimanche sur France 5 que "la sagesse" commandait de se "concentrer" sur les élections municipales de 2014, et laissé entendre qu'il ne serait pas choqué qu'il n'y ait pas de nouvelle élection en septembre pour la tête de son parti. — Patrick Kovarik AFP

L'ancien ministre UMP Bruno Le Maire juge dans Le Figaro de ce lundi «inquiétante et contraire à nos intérêts» l'«hostilité vis-à-vis de l'Allemagne» exprimée dans les rangs socialistes, demandant d'arrêter «de chercher des boucs émissaires».

Pour l'ancien ministre des Affaires européennes et de l'Agriculture, «François Hollande en est le premier responsable parce que depuis le début de son quinquennat, il a recherché la confrontation avec Berlin». «Arrêtons de chercher des boucs émissaires! Les difficultés de la France viennent du manque de courage politique qui ne nous a pas préparés à la mondialisation», affirme le député de l'Eure.

Bruno Le Maire admet l'existence de «désaccords» avec Berlin mais, selon lui, «ce qui est nouveau, ce sont ces déclarations agressives des socialistes». «Nous ne pourrons discuter d'égal à égal avec les Allemands que si nous retrouvons notre crédibilité économique», estime-t-il.