Relations UMP/FN: Copé renvoie à Hollande, «allié électoral» de Mélenchon

© 2013 AFP

— 

Jean-François Copé a réaffirmé mercredi qu'il n'y aurait "pas d'alliance électorale" entre l'UMP et le FN, et s'est indigné que l'on ne reproche pas à François Hollande d'avoir pour "allié électoral" Jean-Luc Mélenchon qu'il considère comme étant d'extrême gauche.
Jean-François Copé a réaffirmé mercredi qu'il n'y aurait "pas d'alliance électorale" entre l'UMP et le FN, et s'est indigné que l'on ne reproche pas à François Hollande d'avoir pour "allié électoral" Jean-Luc Mélenchon qu'il considère comme étant d'extrême gauche. — Pierre Andrieu AFP

Jean-François Copé a réaffirmé mercredi qu'il n'y aurait «pas d'alliance électorale» entre l'UMP et le FN, et s'est indigné que l'on ne reproche pas à François Hollande d'avoir pour «allié électoral» Jean-Luc Mélenchon qu'il considère comme étant d'extrême gauche.

Invité de «Questions d'Info» LCP/FranceInfo/LeMonde/AFP, le président de l'UMP réagissait aux interrogations sur la signification de la présence d'un élu FN aux côtés de parlementaires UMP lors de la «Manif pour tous» dimanche dernier à Paris.

«La position de l'UMP est constante : pas d'alliance électorale avec le Front national. J'ajoute que j'aimerais que vous ayez la même exigence à l'égard du comportement de M. Mélenchon, allié électoral, lui, de François Hollande» au 2e tour de la présidentielle, a-t-il dit.

M. Copé a dénoncé «le procès d'intention fait systématiquement à l'UMP sur ce sujet concernant le Front national».

Pour lui, «la cassure avec Mélenchon (serait) qu'il n'y (ait) pas d'alliance électorale. Parce que ça suffit, l'hypocrisie». «Est-ce que oui ou non M. Hollande dans les municipales tolérera que son parti, le Parti socialiste, fasse des alliances électorales avec accord de désistement ou de fusion au deuxième tour avec les listes de l'extrême gauche, de Mélenchon et des communistes ? C'est tout, c'est la seule question», a-t-il dit.