Hollande pour la première fois en Chine afin de vendre le label France

© 2013 AFP

— 

Pour sa première visite en Chine, le président français François Hollande tentera jeudi et vendredi d'amorcer un rééquilibrage des échanges commerciaux, en plaidant pour une présence plus diversifiée de ses entreprises, l'agro-alimentaire en tête.
Pour sa première visite en Chine, le président français François Hollande tentera jeudi et vendredi d'amorcer un rééquilibrage des échanges commerciaux, en plaidant pour une présence plus diversifiée de ses entreprises, l'agro-alimentaire en tête. — Mark Ralston AFP

Pour sa première visite en Chine, le président français François Hollande tentera jeudi et vendredi d'amorcer un rééquilibrage des échanges commerciaux, en plaidant pour une présence plus diversifiée de ses entreprises, l'agro-alimentaire en tête.

«La Chine a plus ou moins obtenu ce qu'elle voulait du partenariat, mais de son côté la France a du mal à récolter les fruits de la croissance en Chine», résume Jonathan Holslag, spécialiste des relations sino-européennes à l'Université libre de Bruxelles.

Si la balance commerciale reste lourdement déficitaire au détriment de l'économie française, les deux pays entretiennent une relation singulière depuis que la France du général de Gaulle a, la première, le 27 janvier 1964, reconnu la République populaire de Chine.

A la tête d'une délégation d'industriels, François Hollande est le premier dirigeant étranger reçu à Pékin par Xi Jinping depuis son arrivée au pouvoir il y a cinq semaines. Trois rencontres sont prévues dont un dîner d'Etat jeudi et un déjeuner «restreint» vendredi avec leurs conjointes, Valérie Trierweiler et Peng Liyuan, une chanteuse populaire dotée du grade de général.

La partie française espère «une discussion de fond et de long terme» sur l'internationalisation de la monnaie chinoise, le yuan, dont Paris déplore la sous-évaluation. François Hollande avait fait de cette question le 13e de ses 60 engagements de campagne, prônant «un nouvel ordre monétaire international».

Outre les grands sujets d'actualité - Corée du Nord, Syrie... -, François Hollande a prévu «bien sûr» aussi d'aborder la question des droits de l'Homme, selon son entourage.

La Chine est désormais le deuxième marché mondial des films derrière les Etats-Unis. Tout en imposant une censure pesante sur les oeuvres culturelles et des quotas draconiens d'entrée de films étrangers, elle reste considérée comme l'eldorado mondial.