Municipales à Paris: Dati renonce, Kosciusko-Morizet sur une voie royale

POLITIQUE Pour Rachida Dati, «les médias et le système» ont «choisi» Nathalie Kosciusko-Morizet...

Anne-Laëtitia Béraud avec J. C.

— 

Rachida Dati, en 2012 à Paris.
Rachida Dati, en 2012 à Paris. — V. WARTNER / 20 MINUTES

La route vers la mairie de Paris se dégage encore un peu pour Nathalie Kosciusko-Morizet. La maire du 7e arrondissement de la capitale, Rachida Dati, annonce, ce mardi, son retrait de la primaire UMP à Paris pour les municipales de 2014, rapporte l'AFP. Dans une interview à paraître dans le journal Le Point de mercredi, elle précise les raisons de ce choix. «Que l'UMP désigne Nathalie Kosciusko-Morizet et commençons la campagne municipale maintenant! Elle a déjà été choisie par les médias et le système, la réalité est celle-là, même si je le regrette pour les autres candidats, explique-t-elle. Dans ce contexte, je retire ma candidature.»

Avec le retrait de la députée européenne et ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, il y a désormais cinq candidats à la primaire ouverte de l'UMP en vue de l'élection municipale de 2014 à Paris. Concourront ainsi l'ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet, le secrétaire national de l'UMP Chenva Tieu, le conseiller régional Franck Margain (Parti chrétien-démocrate, associé à l'UMP) et les conseillers de Paris Pierre-Yves Bournazel et Jean-François Legaret.

>> Qui sont les candidats à la primaire UMP pour Paris? A lire ici

Ce dernier a d'ailleurs rapidement réagi ce mardi, expliquant que «comme tout le monde, j'avais observé qu'il y avait un doute sur sa candidature. On peut effectivement se demander si elle a négocié quelque chose contre ce retrait, glisse-t-il. Il est aussi possible qu'avec la candidature de NKM, Rachida Dati n'ait pas bénéficié de tout l'espace médiatique qu'elle souhaitait...» En revanche, pas question pour Jean-François Legaret d'arrêter les primaires à Paris en raison de ce retrait, qui, selon lui, «va permettre de rebattre les cartes dans cette élection. Dati fait une erreur d'analyse, ce scrutin n'est pas joué d'avance».

Premier tour fin mai-début juin

Le socialiste Jean-Marie Le Guen a profité de cette annonce pour tacler la droite parisienne. «Le retrait de la candidature de Rachida Dati aux primaires UMP pour les municipales 2014 à Paris est logique, explique dans un communiqué le député PS de Paris, soutien d'Anne Hidalgo. Il ne vient qu’apporter une confirmation supplémentaire du jeu de dupes que constituent ces fausses primaires.»

Le premier tour de la primaire aura lieu du 31 mai au 3 juin par vote électronique, un éventuel second tour est prévu du 7 au 10 juin. Selon un sondage BVA publié le 30 mars dans Le Parisien, l'ancienne ministre de l'Ecologie pourrait créer la surprise face à la socialiste Anne Hidalgo, qui brigue la succession de Bertrand Delanoë.

Rachida Dati, qui maintenait jusqu'alors sa candidature, avait déjà proposé à Nathalie Kosciusko-Morizet de faire alliance. «Avec Nathalie, nous avons toujours été proches, nous ne sommes pas rivales (...). Elle est assez intelligente pour savoir que nous n'avons aucun intérêt à des attaques frontales», déclarait-elle dans Le Journal du Dimanche. «Cela ne doit pas être une primaire d'élimination ou d'humiliation», ajoutait la maire du 7e arrondissement de Paris.

Le 18 avril, Rachida Dati tenait un débat face la candidate PS à la Mairie de Paris Anne Hidalgo dans les locaux de Sciences-Po Paris, chacune des candidates annonçant son programme pour la capitale.