Angela Merkel a «appauvri les travailleurs allemands», estime François Rebsamen

avec AFP

— 

Le président des sénateurs PS, François Rebsamen, a reconnu mercredi avoir conseillé à Jean-Marc Ayrault de "virer" un ministre pour l'exemple.
Le président des sénateurs PS, François Rebsamen, a reconnu mercredi avoir conseillé à Jean-Marc Ayrault de "virer" un ministre pour l'exemple. — Bertrand Langlois AFP

Le président du groupe PS au Sénat, François Rebsamen, a accusé ce mardi la chancelière allemande Angela Merkel d'avoir «appauvri les travailleurs allemands», jugeant aussi que l'Allemagne devait être «plus solidaire» de l'Europe.

Interrogé par BFMTV-RMC sur de récents propos d'Angela Merkel justifiant son opposition à l'instauration d'un salaire minimum généralisé, sur le modèle du Smic français, par le taux élevé de chômage dans les pays qui l'appliquent, François Rebsamen s'est écrié: «c'est faux, ce qu'elle dit».

«Ne pas casser la croissance»

«Le Smic, on l'a depuis très longtemps. On a souvent eu de meilleurs résultats que l'Allemagne, il y a souvent eu plus de chômage en Allemagne qu'en France et pourtant on avait un Smic. Elle a appauvri les travailleurs allemands, donc il n'y a pas de quoi non plus être fier de ce qu'elle fait», a lancé ce proche de François Hollande. «L'Allemagne doit être plus solidaire de l'Europe», a poursuivi le sénateur-maire de Dijon.

François Rebsamen a jugé en outre que la politique économique du gouvernement français ne devait pas être «attachée à des dogmes».

«Oui, il faut avoir un cap, une stratégie, une direction» mais «peu importe que nous fassions demain 2,9% ou 3% de déficit... Ce qui est important, c'est de ne pas casser la croissance par la poursuite inscrite dans le marbre des objectifs», a-t-il dit. «Trop d'austérité casse la croissance (...) Je pense qu'il faut naviguer avec pragmatisme, c'est ce que fait le président de la République mais il doit l'expliquer mieux», a-t-il encore dit.