Cahuzac: Moscovici réaffirme avoir tout ignoré jusqu'aux aveux du 2 avril

© 2013 AFP

— 

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a réaffirmé avoir tout ignoré du compte caché à l'étranger de Jérôme Cahuzac jusqu'aux aveux de l'ex-ministre du Budget, lors d'une audition houleuse mercredi devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale.
Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a réaffirmé avoir tout ignoré du compte caché à l'étranger de Jérôme Cahuzac jusqu'aux aveux de l'ex-ministre du Budget, lors d'une audition houleuse mercredi devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale. — Bertrand Langlois AFP

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a réaffirmé avoir tout ignoré du compte caché à l'étranger de Jérôme Cahuzac jusqu'aux aveux de l'ex-ministre du Budget, lors d'une audition houleuse ce mercredi devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale. Jusqu'au 2 avril, «je le dis sans ambiguïté aucune: je ne savais rien de ce compte», a déclaré Pierre Moscovici, répondant point par point aux mises en cause de l'opposition depuis le début du scandale, sur les démarches entreprises par Bercy après les révélations de Mediapart. Le ministre a enjoint les députés à «ne pas céder à une sorte de réécriture du passé».

Lors des premières révélations de Mediapart le 4 décembre et le démenti formel de l'intéressé, «bien peu de voix mettant en cause la parole de Jérôme Cahuzac se sont levées, y compris sur les bancs de l'opposition», a-t-il souligné. Défendant sa «démarche de transparence» dès le début de ce dossier, Pierre Moscovici a confirmé que le fisc avait envoyé le 14 décembre, à sa demande, un courrier à l'ancien ministre pour qu'il atteste s'il avait ou non un compte. La convention fiscale avec la Suisse réclame que «les voies administratives nationales soient épuisées avant de demander l'entraide administrative», a souligné Pierre Moscovici.

«Un compte à rebours de 30 jours commence» comme le prévoit le code fiscal pour tout contribuable, a expliqué Pierre Moscovici. En l'absence de réponse, une demande d'entraide est adressée à la Suisse le 24 janvier. «Notez la brièveté des délais!», a déclaré le ministre, reconnaissant avoir personnellement insisté à deux reprises, les 21 et 25 janvier, auprès de son homologue suisse Eveline Widmer-Schlumpf pour que la réponse soit très rapide. De fait, celle-ci arrive dès le 31 janvier.