Affaire Cahuzac: «Vous insinuez, vous dénigrez, vous salissez!», répond Ayrault aux députés UMP

POLITIQUE Le Premier ministre les accuse de «salir» le chef de l'Etat et le gouvernement...

avec AFP

— 

Jean-Marc Ayrault a reproché mercredi à l'opposition d'"insinuer, distiller, dénigrer, salir" le chef de l'Etat et le gouvernement, toujours visés par les députés UMP à propos de l'affaire Cahuzac.
Jean-Marc Ayrault a reproché mercredi à l'opposition d'"insinuer, distiller, dénigrer, salir" le chef de l'Etat et le gouvernement, toujours visés par les députés UMP à propos de l'affaire Cahuzac. — Bertrand Langlois AFP

Jean-Marc Ayrault est colère. Le Premier ministre a reproché ce mercredi à l'opposition d'«insinuer, distiller, dénigrer, salir» le chef de l'Etat et le gouvernement, toujours visés par les députés UMP à propos de l'affaire Cahuzac.

Le Premier ministre, auquel l'opposition reproche régulièrement de laisser ses ministres répondre à sa place dans l'hémicycle, a cette fois répondu aux attaques virulentes du député (UMP) Philippe Meunier qui a demandé la démission du chef de l'Etat. «Vous pouvez insinuer ce que vous voulez mais cela ne sert à rien», a déclaré Jean-Marc Ayrault lors de la séance des questions.

«Comparez à ce qui s'est passé dans la période précédente et vous verrez la différence!»

«Je vous demande un minimum de respect pour le président de la République dans l'intérêt du fonctionnement de nos institutions et de notre pays», a ajouté le Premier ministre. «Vous insinuez, vous distillez, vous dénigrez, vous salissez, vous n'avez rien d'autre à dire et vous vous croyez dignes?», a lancé Jean-Marc Ayrault, très applaudi par les députés PS. Il a souligné que l'affaire Cahuzac montrait que la «justice fonctionne dans ce pays». «Comparez à ce qui s'est passé dans la période précédente et vous verrez la différence!» a fait valoir Jean-Marc Ayrault.

Selon lui, «le parlement lui-même est respecté» puisqu'une commission d'enquête parlementaire va être mise en place pour faire la lumière sur l'affaire Cahuzac. «Quel contraste avec la période passée! Moi, je n'ai pas la mémoire courte, je sais à quel point vous avez tout fait pour refuser les commissions d'enquête», a-t-il enchaîné. «Sur Karachi, vous l'avez refusée, sur les sondages de l'Elysée, vous l'avez refusée, sur l'affaire Tapie, vous l'avez refusée!» a-t-il détaillé. Philippe Meunier a ensuite été rappelé verbalement à l'ordre par le président PS de l'Assemblée, Claude Bartolone, qui a invoqué l'article 73-5 du règlement de l'Assemblée. Celui-ci punit les députés qui profèrent injure ou menace contre le président de la République, le Premier ministre ou le gouvernement.