Bartolone (PS): «ma maison dans le Canard ? A qui le tour ?»

© 2013 AFP

— 

Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, a redit mercredi son opposition à la publicité des patrimoines des élus, et a critiqué la publication par le Canard Enchaîné d'un article sur son domicile de Seine-Saint-Denis.
Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, a redit mercredi son opposition à la publicité des patrimoines des élus, et a critiqué la publication par le Canard Enchaîné d'un article sur son domicile de Seine-Saint-Denis. — Kenzo Tribouillard AFP

Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, a redit mercredi son opposition à la publicité des patrimoines des élus, et a critiqué la publication par le Canard Enchaîné d'un article sur son domicile de Seine-Saint-Denis.

«Voir ma maison dans le Canard enchaîné ? A qui le tour ? Si c'est ça la démocratie paparazzi, j'en suis pas,» s'est exclamé le dirigeant socialiste sur Europe 1.

L'hebdomadaire paru mercredi décrit un construction de 380 m2 avec grande terrasse sur les hauteurs des Lilas.

«Depuis trente ans, j'habite la même rue en Seine-Saint-Denis», a fait valoir le député. «J'ai changé de côté de rue, il y a une plus belle vue», a-t-il encore dit.

M. Bartolone, qui mène la fronde contre la publication de patrimoine des élus que veut mettre en oeuvre le gouvernement, a assuré avoir avec ce dernier «des différences sur la forme beaucoup plus que sur le fond».

«Je suis persuadé qu'avec le Sénat, nous pouvons voter une loi à une très grande majorité, pas seulement de circonstance mais qui garantira la transparence et honnêteté des élus sur la durée», a-t-il affirmé. Le consensus est possible «à condition de laisser le parlement faire son travail».

Les élus ont-ils peur de la transparence? «Au contraire», a protesté M. Bartolone. «Nous réclamons des déclarations de patrimoine, du contrôle et des sanctions maximum», mais la publication, «non».

«Le résultat de la publication du patrimoine des ministres, est-ce que ça a changé quelque chose?», a-t-il demandé.