Bartolone contre «la démocratie paparazzi»

M.P.

— 

Invité d’Europe 1, Claude Bartolone a rappelé qu’il était favorable à la transparance, mais qu’il avait des divergences de «forme beaucoup plus que sur le fond» avec le gouvernement. «Nous réclamons des déclarations de patrimoine, du contrôle et des sanctions maximum pour qu'il n'y ait pas le moindre doute». Lui ne voit pas l’intérêt de la publication de ces documents. «On voit les résultats de la publication des ministres: est-ce que ça a changé quelque chose? Cahuzac, s'il avait eu l'obligation de déclarer son patrimoine, aurait-il déclaré son compte à Singapour?», a-t-il lancé.

Et d’ajouter: «Je pense qu'il vaut mieux avoir un système qui soit bon et dans la durée (…) Aujourd'hui, je suis persuadé qu'avec Jean-Pierre Bel, les sénateurs et les députés, nous pouvons voter une loi à une très grande majorité qui ne sera pas simplement une loi de circonstance mais qui garantira la transparence et l'honnêteté des élus sur la durée».

Pour lui: «depuis 30 ans, j'habite la même rue en Seine-Saint-Denis (…) J'ai changé de maison, de côté de rue. Il y a une plus belle vue. Voir ma maison dans le Canard enchaîné ? A qui le tour? Si c'est ça la démocratie paparazzi, je n'en suis pas !», s'exclame t-il.