Harlem Désir: La publication des patrimoines, arme anti-fantasmes

avec AFP

— 

Harlem Désir, numéro un du PS, a vu lundi dans la publication des patrimoines des ministres "une arme contre les fantasmes" et aussi "une arme anti-populisme".
Harlem Désir, numéro un du PS, a vu lundi dans la publication des patrimoines des ministres "une arme contre les fantasmes" et aussi "une arme anti-populisme". — Fred Dufour AFP

Harlem Désir, numéro un du PS, a vu ce lundi dans la publication des patrimoines des ministres «une arme contre les fantasmes» et aussi «une arme anti-populisme». Interrogé par France Info sur le but de cette publication, prévue à 17H00 sur le site du gouvernement, l'eurodéputé a argumenté: «d'abord, c'est une arme contre les fantasmes». «C'est un tout la démocratie, elle suppose la confiance en ceux qui ont été élus», a déclaré le premier secrétaire, qui a détaillé ses propres avoirs sur son blog. «Le président de la République a eu raison de prendre des décisions fortes, des décisions radicales», a-t-il dit.

«Rien ne doit freiner cette volonté de réforme, de rénovation de la vie publique», a dit M. Désir, alors que la publication des patrimoines est contestée à droite mais aussi à gauche. «Je ne veux pas que la France devienne l'Italie de Berlusconi ou de Beppe Grillo. Je pense que cette mesure de moralisation, de transparence, de contrôle est une arme anti-populisme, anti-poujadisme», selon lui.

L'opposition qui a été manifestée notamment par Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée ? «Je comprends qu'on ne veuille pas de voyeurisme», a répondu M. Désir, «mais il faut refuser tous les conservatismes, partout, dans tous les camps». «La plupart des élus l'ont compris», a-t-il assuré.