Moralisation de la vie politique: Jour J pour la publication du patrimoine des ministres

POLITIQUE Ils seront rendus publics à 17h sur le site «gouvernement.fr», alors que certains ministres redoutent un «grand déballage»...

avec AFP

— 

Jour J pour la transparence, selon les uns, ou le voyeurisme, selon les autres: le patrimoine de tous les ministres est rendu public lundi, conséquence de l'affaire Cahuzac, et première étape de la moralisation voulue par François Hollande.
Jour J pour la transparence, selon les uns, ou le voyeurisme, selon les autres: le patrimoine de tous les ministres est rendu public lundi, conséquence de l'affaire Cahuzac, et première étape de la moralisation voulue par François Hollande. — Bertrand Guay AFP

Jour J pour la transparence, selon les uns, ou le voyeurisme, selon les autres: le patrimoine de tous les ministres est rendu public ce lundi, conséquence de l'affaire Cahuzac, et première étape de la moralisation voulue par François Hollande.

Pour ce qui constitue une première, les patrimoines des 37 membres du gouvernement devraient être publiés dans l'après-midi sur le site «www.gouvernement.fr». Ce site propose déjà les déclarations d'intérêts établies par les ministres lors de leur prise de fonction.

En hâtant la publication de ces patrimoines, l'exécutif, toujours ébranlé par les suites de l'affaire Cahuzac, espère bien tourner cette page douloureuse et reprendre la main. D'autant plus que l'opinion est favorable à cette mesure.

Plus de six Français sur dix estiment nécessaire la publication du patrimoine des politiques, même si sept sur dix seraient indifférents s'ils apprenaient qu'un ministre ou un député était très riche, selon un sondage IFOP dans le Journal du Dimanche.

Moralisation de la vie publique

Mais le gouvernement risque aussi de froisser certains ministres qui craignent un grand déballage. «Lorsqu'une mesure de transparence est prise, il y a toujours une hésitation légitime à avoir, car ce sont des éléments privés rendus publics», admet-on à Matignon. Mais, ajoute-t-on de même source, «dans toute une série de pays, cette transparence existe et est entrée dans les moeurs».

Publier les patrimoines n'aurait pas suffi pour découvrir le compte caché de Jérôme Cahuzac, mais cela «permet de renforcer les contrôles et de procéder à d'éventuels recoupements», explique l'entourage du Premier ministre.

Avant même cette publication, certains membres du gouvernement, ont pris les devants, à l'instar d'Arnaud Montebourg (Redressement productif) ou Marie-Arlette Carlotti (Lutte contre l'exclusion), ou des deux ministres écologistes Cécile Duflot (Logement) et Pascal Canfin (Développement).

La publication du patrimoine des ministres préfigure aussi ce qui attend les parlementaires et présidents de collectivités territoriales. Le projet de loi de moralisation de la vie publique, présenté le 24 avril en Conseil des ministres, devrait en effet leur imposer une même transparence, en dépit des réserves exprimées jusque dans la majorité.

Critiques à droite et à gauche

La critique la plus remarquée est venue du président PS de l'Assemblée, Claude Bartolone. Comme il l'a expliqué jeudi à Jean-Marc Ayrault, l'élu de Seine-Saint-Denis fait valoir que «déclarer, contrôler, sanctionner, c'est de la transparence» alors que «rendre public, c'est du voyeurisme».

Le point de vue de Claude Bartolone est partagé à droite, notamment par l'ex-ministre UMP Luc Chatel qui redoute que le chef de l'Etat jette «l'opprobre» sur la classe politique pour masquer le fait qu'il y avait un «voyou» au PS. Le président de l'UMP, Jean-François Copé, n'est pas enthousiaste lui non plus.

Ses rivaux François Fillon et Laurent Wauquiez ont de leur côté devancé la loi et dévoilé leur patrimoine. «Même si je ne suis pas enthousiaste à cette idée, la transparence sur le patrimoine des hommes politiques étant pratiquée dans 24 pays sur 27 (dans l'UE, ndlr), il faudra bien y passer», a commenté dimanche François Fillon.