Fillon visé par une enquête pour favoritisme

Vincent Vantighem

— 

Il attend les résultats «en toute tranquillité». François Fillon, l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, a confirmé, dimanche, être visé par une enquête préliminaire pour «favoritisme» et «détournement de fonds publics».

Ouverte par le parquet de Paris le 11 octobre 2012, elle vise à faire la lumière sur les conditions dans lesquelles des sondages ont été commandés par Matignon et plusieurs ministères. Elle fait suite à une plainte déposée par l'association Anticor sur la base du rapport de la Cour des comptes datant de 2011 et très critique sur les dépenses de communication du gouvernement Fillon.

«Tous les sondages ont toujours été commandés par le Service d'information du gouvernement par appel d'offres, par appel à la concurrence et sans aucune intervention des membres de mon cabinet. Donc, j'attends cette enquête avec beaucoup de tranquillité», a réagi l'ancien premier Ministre lors du du Grand Rendez-vous Europe1-iTélé-Le Parisien.