Moralisation de la vie politique: François Hollande annonce la création d'un parquet financier d'une haute autorité indépenndante

M.P.

— 

François Hollande à l'Elysée pendant les voeux à la presse, le 16 janvier 2013.
François Hollande à l'Elysée pendant les voeux à la presse, le 16 janvier 2013. — Capture d'écran Dailymotion

 >> Les mesures annoncées par le chef de l'Etat vous ont-elles convaincus? 

Réagissez dans les commentaires ou écrivez-nous à
reporter-mobile@20minutes.fr 
12h18: Ce live est terminée. Vous pouvez lire une synthèse des déclarations du chef de l'Etat sur la transparence dans la vie politique par ici.
12h16: Hollande fait son propre service arpès vente
Il a voulu faire cette communication "pour bien faire comprendre que ces orientations sont celles du gouvernement, du président de la République et que je serais intraitable pour qu'elles soient respectées", conclut-il.
12h15: Dernière question sur les ministres qui demandent de nouveau une inflextion de la politique
Hollande juge que les ministres parlent de la situation en Europe. "Aucun ministre ne peut remettre en cause la politique qui est conduite, qui n'est pas l'austérité. L'austérité c'est quand il y a une baisse des salaires, des prestations sociales. Ici, c'est le sérieux budgétaire. C'est l'indépendance de la France", sa voix qui porte mieux et plus fort.

12h12:"Je serai implaccable car j'ai été élu sur l'idée de République exemplaire. J'ai été blessé, meurtri dans mes engagements" avec cette affaire qui va "contre mes engagements", confesse-t-il.  Je ne peux pas laisser cette affaire sans une réponse à la hauteur". "Il y a des risques, on le voit en Europe, que l'austérité ne soit pas la seule politique", ajoute-t-il, plus globalement. "Il est temps d'agit en France, en Europe, dans le monde", assure-t-il.
12h09: Quatrième question inattendue: sur la fragilisation de Pierre Moscovici
"Ce sont des attaques injustes", plaide Hollande, qui défend les procédures demandées par Pierre Moscovici à Bercy sur le compte de Cahuzac
. "Par ailleurs, la justice a fait son travail librement. Le procureur comme les enquêteurs ont pu mener sereinement leur travail. C'est ainsi la République exemplaire", ajoute-t-il, précisant qu'il a demandé à Cahuzac de partir dès que le soupçon s'est renforcé. Il faut tirer une "leçon",  "nous devons avoir des échanges d'informations beaucoup plus rapide", fait-il valoir.
12h07: Troisième question: va-t-il infléchir sa politique pour éviter l'austérité comme le demandent des ministres?
"La politique que je conduis c'est celle du redressement financier du pays, au service d'une seule cause, la lutte contre le chômage", répond Hollande. Il parle de ligne de "sérieux budgétaire", ce qui n'est pas l'austérité, ce qui permet des taux d'intérêts historiquement bas, et "la condition nécessaire de l'indépendance" économique, et qui permet d'infléchir sur la ligne de l'UE. "C'est en étant sérieux, compétitif, juste socialement, que nous pourrons réorienter l'Europe. C'est vrai, l'Europe connaît beaucoup d'austérité"
Et d'ajouter: "le sérieux, c'est le cap, la croissance, c'est l'objectif".

12h06: Deuxième question sur le retour éventuel de Jérôme Cahuzac à l'Assemblée.
"La justice est saisie, elle aura à se prononcer. Si les faits sont confirmés, il y aura des condamnations, je ne veux pas les anticiper. D'ici là, il y a une question de conscience, si encore elle est possible, qui peut être évoquée. Un mensonge a été prononcé", dit-il. Quant aux activités professionnelles visées par le conflit d'intérêt, il explique qu'elles seront "fixées par la loi". Un médecin, par exemple, ne pourra pas travailler dans un laboratoire.
12h05: "Ce que je demande aux Français, ce n'est pas de s'acharner sur les élus qui sacrifient leur vie, nous avons besoin d'élus dans la République, d'élus qui doivent être respectés. La transparence permet le respect", ajoute-t-il.
12h04: Première question sur la transparence et le risque d'inquisition
"Je mesure tous les risques, le risque le plus grand serait de ne rien changer", ce qui entretient "le soupçon". "Il ne s'agit pas d'exhiber, il s'agit de savoir quand un élu arrive au Parlement, une déclaration de patrimoine sincère doit être faite, vérifiée, tout au long du mandat", explique-t-il.
12h02: "Nous devons être exemplaires quitte à être les premiers" sur ces sujets. "Je veux que l'Europe prenne conscience" qu'il faut mettre tous les moyens pour éviter toutes ces pratiques frauduleuses.
12h01:  "Je mesure la gravité de ce qui a été constaté. Je sais combien les Français veulent le changement par rapport à cette triste succession d 'affaires qui altère" la vision de la vie politique. "Je veux donc que l'ensemble de ces dispositions soient mises en oeuvre dans les meilleurs délais", soit le 24 avril.
11h58: Lutte contre la fraude fiscale
Les banques françaises devront indiquer toutes leurs filiales pays par pays?. "L'ensemble de ces informations seront publiques", dit le chef de l'Etat. Il veut également que ce soit étendu "aux grandes entreprises". Il veut également que la france dresse sa prpre liste des paradis fiscaux et demande la coopération européenne. "Je n'hésiterai pas à considérer comme un paradis fiscal tout pays qui refuserait de coopérer pleintement avec la France", prévient Hollande. Il veut mettre un terme "à la dissimulation bancaire".
11h56: Il s'agit de lutter ensuite contre la grande délinquance financière
Hollande annonce la création d'un "procureur spécialisé avec une compétence nationale qui pourra agir sur les affaires de corruption et de grandes fraudes fiscales" et celle d'un
"office centrale de la lutte contre la corruption". Les sanctions seront renforcées notamment en matière d'inéligibilité

11h55: Pour éviter les conflits d'intérêts, il sera interdit d'exercer certaines profession avec un cumul des mandats. Pour éviter tout "enrichissement" pendant les mandats, dit-il.

11h54: Il veut des mesures fortes en matière de transparence. "Les règles" sur la publication des patrimoines "sera entièrement revu". "UNe haute autorité" sera créée, qui contrôlera les déclarations du patrimoine et d'intérêt" de l'ensemble de la classe politique. Cette autorité "étudiera de manière approfondie" toutes ces informations.

11h52: Hollande est arrivé
"La semaine dernière j'avais annoncé que toutes les leçons devaient être tirées après l'affaire Cahuzac", dit-il. "Trop d'affaires", qui nécessite "une lutte implacable contre la dérive de l'argent et la finance occulte". "Elle appelle des réponses fortes", annonce-t-il. Les paradis fiscaux doivent ê"tre éradiqué dans le monde, pour "préserver des emplois", annonce-t-il.

11h51: D'après l'Elysée, la décision de prendre la parole à l'issue du conseil des ministres a été prise mardi soir. Mardi midi, c'est encore le scénario d'un Jean-Marc Ayrault qui s'exprimerait qui tenait la corde
11h48: Le thème des trois questions sont la transparence, Jérôme Cahuzac et l'austérité, rapporte BFM TV
11h46: Les journalistes auront le droit de poser trois questions à l'issue de la prise de parole de François Hollande
11h45: Les journalistes sont entrés dans le salon Napoléon III.

François Hollande a pris tout le monde par surprise. Une communication de Jean-Marc Ayrault avait été évoquée mardi sur le projet de loi sur la moralisation de la vie politique à l'issue du conseil des ministres. Mercredi en milieu de matinée, Le Monde a révélé que François Hollande en personne allait prendre la parole.

>> Une intervention à suivre sur 20 Minutes dès 12 heures