Transparence: François Fillon n’a pas tout dit lundi soir

Alexandre Sulzer

— 

François Fillon à l'Assemblée nationale le 30 janvier 2013.
François Fillon à l'Assemblée nationale le 30 janvier 2013. — CHESNOT/SIPA

François Fillon l’a dit lui-même: rendre public le patrimoine de chaque homme politique «ne règle rien» puisqu’une déclaration n’exclut pas le mensonge. Son opération transparence au journal télévisé de France 2 lundi soir – un «symbole» qui, espère-t-il, «me permettra d’être entendu» - semble illustrer elle-même les limites de l’exercice. Car François Fillon possède une SARL unipersonnelle au capital de 1.000 euros, la bien-nommée «2F Conseil», créée en juin 2012. Devant David Pujadas, l’ancien Premier ministre a pourtant assuré que sa «maison dans la Sarthe, achetée 440 000 euros il y a vingt ans», «deux voitures qui ont plus de 10 ans» et «quelques comptes d’épargne qui sont inférieurs à 100 000 euros» constituaient son «seul patrimoine ».

Une activité pas illégale

La société 2F Conseil, dont l'existence a été révélée par rue89 en août 2012, a pour objet social «le conseil, l’assistance, la formation, la réalisation d’études, de veille, d’audits, d’analyses ou de prestations (…)» en faveur «de toute personne physique (…), personne morale (…), tout Etat et de tout organisme international européen, national, étatique, régional, départemental, municipal ou local (…)». Un champ dans lequel son carnet d’adresses d’ancien Premier ministre peut être utile. Rien d’illégal là-dedans. Le consulting, source potentielle de conflits d’intérêts, est interdite à chaque député qui commence cette activité si elle n’était pas la leur «avant le début de son mandat». Ce qui n’est pas le cas de François Fillon, élu le 17 juin 2012 qui a pris soin d’enregistrer les statuts de son entreprise, consultés par 20 Minutes, au greffe du tribunal de commerce de Paris le 6 juin 2012. Soit 11 jours avant.

Un changement de siège social en décembre

Difficile d’en savoir plus sur l’activité effective de 2F Conseil, qui, en raison de son jeune âge, n’a pas encore déposé de comptes. Seul acte enregistré au tribunal de commerce : un transfert du siège social du 8e arrondissement au 6 square de la Tour Maubourg (7e arrondissement) le 17 décembre 2012.

La réponse de François Fillon

«Le capital est de 1.000 euros, on peut considérer que cela est négligeable», répond l’entourage de François Fillon à 20 Minutes, « on peut considérer que cela peut faire partie de l’épargne». Dans la déclaration de situation patrimoniale que les députés doivent fournir à la commission pour la transparence financière de la vie politique, les valeurs mobilières (qui recouvrent les parts sociales de la SARL) sont pourtant bien distinctes des «comptes bancaires courants ou d’épargne». «Lorsque François Fillon parle d’épargne, il globalise ses valeurs de placement, il ne réfléchit pas à la structure de la déclaration», rétorque l’entourage du Premier ministre.

Dans un contexte de moralisation de la vie politique, il peut paraître risqué pour François Fillon de ne pas avoir précisé qu’il exerçait des activités de conseil. Et ce, au même moment où son rival Jean-François Copé, sur la défensive mardi après avoir refusé de rendre public son patrimoine, est régulièrement soupçonné de conflits d’intérêts en raison de son activité d’avocat au sein du cabinet Gide Loyrette Nouel. «Ce n’était pas l’objet de l’intervention de lundi, consacré uniquement au patrimoine», réagit l’entourage du député de Paris qui n’a pas précisé s’il rendrait public sa déclaration d’intérêts, un autre document aujourd’hui caché du public.