Déclarations de patrimoine: Pourquoi ne pas publier celui de chaque Français?, demande Christian Jabob

© 2013 AFP

— 

Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, s'est prononcé mardi pour un relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite, estimant qu'il fallait ensuite "en rester là" et jouer sur les durées de cotisation.
Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, s'est prononcé mardi pour un relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite, estimant qu'il fallait ensuite "en rester là" et jouer sur les durées de cotisation. — Pierre Verdy AFP

Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, s'est demandé ce mardi s'il ne fallait «pas que tous les citoyens français aient l'obligation de publier leur patrimoine», en qualifiant «de sombres manoeuvres de diversions» les projets gouvernementaux sur ce sujet. «La transparence, c'est très bien, mais à ce moment là, il faut l'élargir beaucoup plus, qu'elle concerne tous les gens qui décident au nom du peuple français ou qui portent la parole publique», a déclaré Christian Jacob lors d'une conférence de presse à l'Assemblée nationale.

«Ce sont bien évidemment les élus, mais aussi les hauts fonctionnaires, les magistrats, les journalistes, les patrons d'organisations syndicales et d'ONG, et pourquoi pas faire, comme dans certains pays nordiques que tous les citoyens français aient l'obligation de publier leur patrimoine?», a ajouté le député de Seine-et-Marne.

«De sombres manoeuvres de diversion»

«Ce n'est pas une boutade, regardez ce qui se passe en Suède, ça existe dans un certain nombre de démocraties. Quand on veut prendre l'exemple de démocraties du Nord on va au bout», a-t-il aussi dit. «Les élus n'ont pas vocation à être des serpillières sur lequel tout le monde s'essuie», a lancé M. Jacob, en précisant qu'il publiera sa propre déclaration «le jour où la loi (l)'obligera à le faire».

De toute façon, avec les propositions de moralisation de la vie politique du gouvernement, «on est devant de sombres manoeuvres de diversion parce que le Premier ministre n'a pas le courage d'assumer les responsabilités qui sont les siennes.»

Christian Jacob est revenu à cet égard sur le courrier de Pierre Moscovici aux autorités suisses durant l'affaire Cahuzac. «Pour quelle raison n'a t-il pas posé les questions importantes ? Pourquoi a-t-il remonté à 2006 et pas au delà ? pourquoi sur un seul organisme bancaire ? pourquoi n'a-t-il pas interrogé les autorités de Singapour ? C'est M. Moscovici seul qui le fait ou sur instruction du Premier ministre, du président de la République ?» a-t-il demandé.

Enfin, il a jugé «scandaleux» de vouloir interdire le cumul entre la fonction parlementaire et certains métiers. Selon lui, «si on va dans cette voie, on aura une Assemblée nationale qui sera composée d'apparatchiks de partis et de fonctionnaires en disponibilité». Ou alors «on va vers le tri entre les bons et les mauvais métiers, ça n'a aucun sens».