Affaire Cahuzac: L'amour du fisc ne va pas aller en grandissant

IMPÔTS es fonctionnaires vivent mal le scandale lié à leur ex-ministre...

Alexandre Sulzer

— 

L'affaire Cahuzac écœure à la fois les contribuables et les fonctionnaires.
L'affaire Cahuzac écœure à la fois les contribuables et les fonctionnaires. — CHESNOT / SIPA

La scène s'est déroulée mercredi, à l'hôtel des finances publiques de Rangueil à Toulouse. Un contribuable, qui se voit notifier des pénalités de retard de paiement de l'impôt, hausse le ton. «On ne traite pas tout le monde de la même manière!», s'emporte-t-il face à l'agent, en référence explicite à Jérôme Cahuzac. Cet accrochage, rapporté par un responsable du fisc en Haute-Garonne, ne serait pas isolé, à en croire Vincent Drezet, secrétaire général du syndicat Solidaires-Finances publiques, le plus important de l'administration fiscale.

«Un amalgame entre lui et nous»

«Depuis deux jours, nos collègues, en contact direct avec le public, notamment aux services du recouvrement et du redressement, sont pris à partie», témoigne-t-il. «Des remarques qui pèsent. Nos collègues ont un devoir de réserve et ne commentent donc pas. Mais ils n'en pensent pas moins...» Car le mauvais exemple donné par l'ancien ministre du Budget écœure les fonctionnaires du fisc. «L'amalgame est fait entre lui et nous, complète Jean-Yves Brun, secrétaire général du syndicat FO-Finances publiques. Déontologiquement, nous sommes pourtant irréprochables. Nous sommes soumis à un contrôle fiscal chaque année.»

Mais c'est surtout la campagne d'envoi des déclarations de revenus, qui commence dans quelques jours, qui inquiète. «Elle s'annonce particulièrement délicate alors que depuis quelques années déjà, les incivilités et les agressions augmentent à l'accueil», confie Vincent Drezet. Son syndicat doit rencontrer au cours du mois Bernard Cazeneuve, nouveau ministre du Budget et successeur de Jérôme Cahuzac, pour en discuter.