Augier affirme que Hollande n'a «rien à voir» avec ses activités

© 2013 AFP

— 

Jean-Jacques Augier, trésorier de la campagne de François Hollande en 2012, a assuré jeudi dans un entretien à l'AFP que le chef de l'Etat n'avait "rien à voir, ni de près, ni de loin" avec ses investissements dans des sociétés aux îles Caïmans, dont il n'a eu "en aucun cas" connaissance.
Jean-Jacques Augier, trésorier de la campagne de François Hollande en 2012, a assuré jeudi dans un entretien à l'AFP que le chef de l'Etat n'avait "rien à voir, ni de près, ni de loin" avec ses investissements dans des sociétés aux îles Caïmans, dont il n'a eu "en aucun cas" connaissance. — Kenzo Tribouillard AFP

Jean-Jacques Augier, trésorier de la campagne de François Hollande en 2012, a assuré jeudi dans un entretien à l'AFP que le chef de l'Etat n'avait "rien à voir, ni de près, ni de loin" avec ses investissements dans des sociétés aux îles Caïmans, dont il n'a eu "en aucun cas" connaissance.

De Rabat où il était en déplacement, le président de la République a affirmé en fin de journée ne "rien" connaître des "activités privées" de celui qui fut son trésorier de campagne.

"Si elles ne sont pas conformes à la loi fiscale, je demande que l'administration" s'en empare et qu'elle fasse "les rectifications si nécessaire", a ajouté François Hollande lors d'une conférence de presse. Sur ces "activités privées", "c'est à l'administration fiscale de faire son travail", a-t-il insisté.

"Personne ne pouvait savoir" que Jean-Jacques Augier avait un compte dans un paradis fiscal alors qu'il gérait les comptes de campagne de François Hollande, a dit sur Canal + le ministre Stéphane Le Foll, un proche de M. Hollande.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui était directeur de la communication de la campagne de François Hollande, a dit également sur France 2, qu'il n'était "évidemment" pas au courant. "S'il le faut, l'administration fiscale aura à enquêter", a-t-il dit, avant d'ajouter: "Je ne supporte pas cette place de l'argent dans notre société et notamment ces paradis fiscaux".

La diffusion jeudi par plusieurs journaux de noms de personnalités ayant participé à des investissements offshore, dont Jean-Jacques Augier, a nourri la polémique après le choc des aveux de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac sur l'existence d'un compte non déclaré à l'étranger. Même si être actionnaire d'une société offshore n'est pas en soi une infraction.

Toute la journée, M. Augier a plaidé la légalité de ses activités et l'ignorance de celles-ci par le chef de l'Etat.

François Hollande "n'a rien à voir, ni de près, ni de loin avec mes activités. Il n'en a eu connaissance en aucun cas", a-t-il dit à l'AFP, avant de s'insurger contre "l'utilisation que l'on essaye de faire de (s)a personne pour atteindre le chef de l'Etat".

Il s'est dit "prêt" à ouvrir (ses) comptes, personnels et privés à toute autorité publique qui le demanderait".

M. Augier a affirmé, en outre, n'avoir tiré "aucun avantage fiscal particulier ni en France, ni ailleurs" de ses participations effectuées via sa société Eurane dans des firmes enregistrées aux îles Caïman.

Il a expliqué "avoir effectué deux investissements en Chine", dans une chaîne de librairies (Xishu) et une prise de participations très minoritaire (2,5% actuellement) dans une société développant une agence de voyage en ligne (Xanadu).

Ces deux investissements "ont été effectués à travers une prise de participation capitalistique dans deux sociétés holdings enregistrées aux îles Caïmans aux côtés d'autres actionnaires", a informé sa société Eurane, en précisant qu'il s'agissait des sociétés IBL (International Bookstore Limited) en 2005 et Xanadu en 2008.

"Ces deux participations sont intégrées en toute transparence, conformément à la législation fiscale, et ce depuis l'origine, dans les comptes de la société d'investissement Eurane en France et dans ceux de la société Capital Concord Development à Hong Kong", a précisé Eurane dans son communiqué.

Eurane "détient à ce jour directement et par la société holding Capital Concord Development (filiale à 100% d'Eurane) environ 70% de la société IBL et environ 2,5% de la société Xanadu", a-t-elle détaillé.