Marine Le Pen: «Ouvrir un compte à l'étranger n'est pas un délit»

POLITIQUE C'est un proche de la présidente du Front national qui aurait ouvert le compte de l'ancien ministre du Budget en Suisse...

Corentin Chauvel avec Reuters

— 

La présidente du Front national, Marine Le Pen, le 3 avril 2013, à Charleville-Mézières (Ardennes).
La présidente du Front national, Marine Le Pen, le 3 avril 2013, à Charleville-Mézières (Ardennes). — F. NASCIMBENI / AFP

Marine Le Pen a rapidement réagi à l’information du Monde, publiée ce mercredi, selon laquelle le compte suisse de Jérôme Cahuzac a été ouvert en 1992 par Philippe Peninque, un proche de la présidente du Front national (FN).

«Ce n'est pas un délit. Ouvrir un compte à l'étranger n'est pas un délit, ce qui est un délit c'est de ne pas déclarer les sommes qui y sont versées. Rien que le fait de venir exprimer cette soi-disant information est cousu de fil blanc. Le système cherche à m'associer par un biais ou par un autre à cette affaire qui est absolument délirante», a déclaré sur RTL Marine Le Pen qui a ajouté qu'elle était étudiante à l'époque de l'ouverture de ce compte. «Donc vous voyez, je n'avais pas de responsabilité là-dedans. Encore une fois si on n'a que ça à me reprocher, ça prouve que je mérite d'être présidente de la République, j'en ai la moralité et l'éthique», a-t-elle justifié.

«Je lui ai dit que j'étais ami avec Cahuzac»

La présidente du Front national a demandé ce mercredi la démission du gouvernement et la dissolution de l'Assemblée nationale à la suite de l'affaire Cahuzac. «Nous allons apprendre que le Président et le Premier ministre étaient en réalité au courant depuis plusieurs semaines de la véracité de ce qui était reproché à Jérôme Cahuzac», a-t-elle indiqué sur i-Télé.

Interrogé par Le Monde, Philippe Peninque, un ancien avocat spécialisé dans les montages fiscaux, confirme avoir aidé l’ancien ministre du Budget, avec lequel il avait une relation amicale, à ouvrir un compte. Il précise en avoir informé la dirigeante du FN. «Je lui ai dit que j'étais ami avec Cahuzac et peut-être que dans le cadre de mon activité professionnelle, j'avais ouvert ce compte», a-t-il précisé.

«Ce qui est illégal c'est de ne pas déclarer un compte»

Philippe Peninque, présenté comme un conseiller de la présidente du FN, affirme que sa démarche auprès de Jérôme Cahuzac, alors médecin, n'avait rien d'illégal. «Ce qui est illégal c'est de ne pas déclarer un compte, pas d'aider à l'ouvrir. Jérôme Cahuzac avait besoin d'un compte, je l'ai aidé à l'ouvrir», souligne-t-il auprès du Monde.

Jérôme Cahuzac aurait eu des liens avec Philippe Peninque, ancien membre du GUD, syndicat étudiant d'extrême droite, par le biais de son épouse Patricia, cousine de l'associé de ce dernier dans un cabinet d'avocats parisiens. Il fait également partie d'Egalité et Réconciliation, l'association fondée par Alain Soral, un ancien communiste qui a été membre du comité central du Front national de 2007 à 2009.