Affaire Cahuzac. Revivez la journée de mercredi: Fillon appelle Hollande à «prendre ses responsabilités politiques»... Mariton demande un remaniement du gouvernement...

E.O. et C.C., avec agences

— 

Jérôme Cahuzac, le 5 décembre 2012 à l'Assemblée nationale.
Jérôme Cahuzac, le 5 décembre 2012 à l'Assemblée nationale. — Thibault Camus/AP/SIPA

Les réactions de la majorité et de l'opposition continuent de pleuvoir au lendemain de l'aveu de Jérôme Cahuzac. Auditionné mardi par les juges d’instruction, l'ancien ministre a reconnu, dans un post de blog, «l’existence d’un compte» «à l'étranger», qu'il possède depuis «une vingtaine d'années», ce qu'il avait toujours farouchement nié.

«J’ai informé (les juges) de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte, qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d'années, soit environ 600.000 €, soient rapatriés sur mon compte bancaire à Paris», poursuit-il.

Des aveux qui sonnent, pour la presse française, comme une trahison de l'ancien ministre du Bugget.