Le peuple a besoin de dirigeants qui parlent «dru et cru», selon Jean-Luc Mélenchon

POLITIQUE Le coprésident du Parti de gauche a également fustigé «les curés médiatiques qui disent comment on doit parler, de quoi on doit parler»...

E.O. avec AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de Gauche, a assuré que "le peuple en colère", a besoin de dirigeants qui "parlent dru et cru", pas "prout-prout".
Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de Gauche, a assuré que "le peuple en colère", a besoin de dirigeants qui "parlent dru et cru", pas "prout-prout". — Jean-Pierre Muller AFP

Jean-Luc Mélenchon a assuré que «le peuple en colère», a besoin de dirigeants qui «parlent dru et cru», pas «prout-prout». Interrogé par France Inter sur une violence de termes employés dans son camp contre les socialistes, l'eurodéputé a ironisé s'en prenant notamment à la Une de Libération («Salopard!», «Toi-même!»).

«Oh les pauvres petits biquets! Libé, qui tous les jours sort des vannes à deux balles sur tous les sujets, qui a fait un titre contre Sarkozy spécialement injurieux (...) Alors maintenant Libé a le cuir sensible de la société convenue», a ironisé le coprésident du Parti de Gauche.


 

«Avec des gens comme vous, on allait au bûcher au Moyen Age»

Interrogé sur la «rhétorique» employée par le Parti de gauche, et sur les propos de Martine Billard, la coprésidente du parti, qui a déclaré «ne pas vouloir laisser le Front national être le seul à parler fort», Jean-Luc Mélenchon a reproché au journaliste de «rapprocher des choses qui n'ont pas de rapports entre elles». «Avec des gens comme vous, on allait au bûcher au Moyen Age», a lancé l'ex-candidat à la présidentielle à l'adresse des médias qu'il juge «irresponsables».

«Lorsque Martine Billard» fait cette déclaration, «ça veut dire que nous parlons fort sur la question européenne, nous parlons fort sur la question sociale», a t-il expliqué, qualifiant «d'interview à la noix» l'entretien en cours.

«Ce n'est pas comme ça que s'exprime la colère du peuple»

Il a fustigé «la caste médiatique, les curés médiatiques qui disent comment on doit parler, de quoi on doit parler, et à la fin vous êtes des tyrans».

«Il y a 15 jours, vous étiez tous rassemblés autour de la momie d'Hessel, en train d'agiter vos palmes et vos engins à encens: indignez-vous, c'est magnifique !», a poursuivi le responsable Front de gauche. «Mais il faut s'indigner dans le langage de la bonne société, il faut dire prout-prout, parler gentiment».

«Ce n'est pas comme ça que s'exprime la colère du peuple, les gens en ont par dessus la tête, ils ont besoin d'avoir des dirigeants qui parlent dru et cru, qui disent les choses comme elles sont», a assuré Jean-Luc Mélenchon. «Nous disons les choses comme elles sosnt et elles sont ressenties comme des injures», a-t-il poursuivi.