Déficits: Paris veut donner des gages mais échapper à une trop forte rigueur

avec AFP

— 

Après avoir reconnu son dérapage budgétaire, la France, engagée dans d'âpres discussions avec Bruxelles pour fixer de nouveaux objectifs de réduction des déficits, tente de donner des gages de sa détermination mais aussi d'échapper à une rigueur trop forte.
Après avoir reconnu son dérapage budgétaire, la France, engagée dans d'âpres discussions avec Bruxelles pour fixer de nouveaux objectifs de réduction des déficits, tente de donner des gages de sa détermination mais aussi d'échapper à une rigueur trop forte. — Eric Piermont AFP

Après avoir reconnu son dérapage budgétaire, la France, engagée dans d'âpres discussions avec Bruxelles pour fixer de nouveaux objectifs de réduction des déficits, tente de donner des gages de sa détermination mais aussi d'échapper à une rigueur trop forte.

La cible emblématique d'un déficit public à 3% du Produit intérieur brut (PIB), bien qu'abandonnée pour cette année, cristallise toujours les débats.

La Commission européenne a estimé le 22 février que, faute de croissance (prévue par ses services à 0,1% en 2013), le déficit français s'établirait à 3,7% fin 2013, et s'est dite prête à accorder un délai d'un an à la France pour qu'elle le ramène «nettement en dessous de 3%».