Etudiants: Supprimer la demi-part fiscale serait un «grave recul» pour le FN

© 2013 AFP

— 

La présidente du Front national Marine Le Pen a estimé lundi qu'une éventuelle suppression de la demi-part fiscale pour les parents d'étudiants constituerait un "grave recul".
La présidente du Front national Marine Le Pen a estimé lundi qu'une éventuelle suppression de la demi-part fiscale pour les parents d'étudiants constituerait un "grave recul". — Anne-Christine Poujoulat AFP

La présidente du Front national Marine Le Pen a estimé lundi qu'une éventuelle suppression de la demi-part fiscale pour les parents d'étudiants constituerait un «grave recul». «Le projet de suppression de la demi-part fiscale dont bénéficient les parents d'étudiants de moins de 25 ans aurait pour conséquence de casser encore davantage l'ascenseur social, en pénalisant violemment les jeunes des classes moyennes», écrit Mme Le Pen dans un communiqué.

Interrogé lundi, le ministre du Budget Jérôme Cahuzac a affirmé que cette mesure «n'est pas, à (sa) connaissance, d'actualité. Ca ne veut pas dire qu'elle est récusée a priori.»

La création, en contrepartie, d'une allocation d'études sous condition de ressources, que viendrait financer la suppression de cette demi-part, «ne compenserait en rien les dégâts d'une telle mesure», assure la patronne du parti d'extrême droite.

«Si des bourses d'étude méritent à l'évidence une revalorisation, en étant de surcroît davantage conditionnées à la présence effective aux cours et au mérite individuel, on ne saurait en faire payer le prix aux autres étudiants et à leur familles», juge Marine Le Pen. Elle demande par conséquent au gouvernement «d'abandonner ce projet dangereux».