Vacances scolaires: Harlem Désir explique que Vincent Peillon a simplement ouvert «une piste»

© 2013 AFP

— 

Harlem Désir, premier secrétaire du PS, interrogé lundi sur de futures hausses d'impôt, a estimé qu'il ne fallait pas "en rajouter" sur le plan de la fiscalité.
Harlem Désir, premier secrétaire du PS, interrogé lundi sur de futures hausses d'impôt, a estimé qu'il ne fallait pas "en rajouter" sur le plan de la fiscalité. — Fred Tanneau AFP

Harlem Désir, numéro un du PS, a expliqué ce lundi que Vincent Peillon, en parlant de vacances d'été raccourcies à six semaines, avait simplement ouvert «une piste» de réflexion. Comme RTL lui demandait si le ministre de l'Education n'avait pas fait une gaffe, l'eurodéputé a répondu: «Non, Vincent Peillon a voulu indiquer qu'une réflexion pourrait être ouverte en 2015, à partir de 2015».

«Mais la réforme des rythmes scolaires dont il est question, c'est celle de la semaine, celle de la journée, celle des quatre jours et demi», a relevé Harlem Désir. «Il s'agit d'une piste de réflexion pour l'avenir, il n'y a aucune décision dans ce domaine», a-t-il insisté. «On a toujours le droit d'ouvrir des réflexions, on ne doit pas être fermé», a encore dit le Premier secrétaire.

Vincent Peillon a préconisé dimanche une réduction des vacances d'été à six semaines réparties en deux zones, Matignon faisant savoir dans la foulée que cette piste n'était pas à l'ordre du jour, mais «sera peut-être évoquée après 2015».