Gérard Ségura, maire d’Aulnay: «Je suis optimiste sur notre capacité à attirer des investisseurs»

Propos recueillis par Lucie Romano

— 

Gérard Ségura à Bobigny le 8 novembre 2012.
Gérard Ségura à Bobigny le 8 novembre 2012. — GELEBART/20 MINUTES

Le maire PS d’Aulnay-sous-Bois, Gérard Ségura, fait un premier pas vers la réindustrialisation du site PSA Peugeot-Citröen voué à la fermeture en 2014. Il proposera jeudi soir en conseil municipal une délibération engageant la modification du plan local d’urbanisme (PLU). Objectif: permettre l’implantation de l’entreprise ID Logistics, avec des emplois à la clé pour les actuels salariés de l’usine.

Quel est le sens de la modification du PLU d’Aulnay que vous allez proposer jeudi soir?

Je veux que l’entreprise ID Logistics –qui représente la seule disposition concrète de la direction pour l’instant- puisse s’implanter sur le site, afin qu’une partie des 2.800 salariés bénéficient des 690 emplois répertoriés par la direction après la fermeture de PSA en 2014. En réponse aux avancées à petits pas de la direction -sur le terrain et sur certaines garanties sociales, notamment sur la question des mutations externes- je vais donc proposer une modification du plan local d’urbanisme (PLU). Mais je réserve deux mois ma décision de signer le permis de construire et j’attendrai que les organisations syndicales me donnent le signal. En septembre dernier, j’avais fait voter une délibération me donnant un sursis à statuer sur cette question pendant deux ans. Cette possibilité existe toujours.

Le mouvement de grève entre dans sa sixième semaine. Que pensez-vous de l’action menée mercredi par 200 grévistes qui se sont rendus chez un sous-traitant dans le Val-d’Oise pour «maintenir la pression sur la direction»?

Les syndicats sont divisés dans leur stratégie à l’égard de la direction, quatre d’entre eux (l’intersyndicale rassemblée autour du SIA, ndlr) sont plutôt dans le dialogue, les trois autres (CGT-Sud-CFDT) s’opposent d’une manière plus radicale. Ceux-ci vont avoir du mal à tenir longtemps. Je ferai aussi voter jeudi soir en conseil une délibération pour leur apporter une aide de 8.000 euros via une association de soutien aux salariés. J’appuierai également le vote d’une subvention de 10.000 euros par le conseil général. Je ne choisis pas entre les deux voies, je suis à l’écoute de tous les syndicats. Mais les autres syndicats n’ont pas de caisse de grève. Je mets par ailleurs en place un dispositif d’accompagnement individualisé des salariés, grévistes ou non, qui vivent sur le territoire de ma commune. Ils sont 200, pour certains déjà en difficulté. Mes services sociaux les accompagneront.

Quel avenir pour Aulnay?

On attend des précisions sur les propositions de la direction, tout ça reste flou. Même pour le site PSA de Poissy (Yvelines), et les 1.250 à 1.300 emplois disponibles selon la direction, je voudrais en connaître le détail. Sur les horaires par exemple. Les salariés prennent à 7h15 à Aulnay, s’ils vont à Poissy, ce sera 5h30. Il faut entre trois quarts d’heure et 1h30 pour aller à Poissy depuis Aulnay. Il faudra donc que les salariés se lèvent à 3 heures! C’est exténuant. Y aura-t-il des aménagements? Autre exemple. Pour les emplois à ID Logistics, cela se fera à quel niveau de salaire? Les salariés vont-ils l’accepter?

Dans quel état d’esprit êtes-vous?

Ce sera difficile. Un choc d’une telle ampleur remonte à plusieurs décennies, quand l’usine Renault, sur l’île Seguin, a fermé. On ferme un site, l’enjeu est énorme pour tout le monde, depuis 2.800 salariés, et leurs familles, à la direction à qui le plan de sauvegarde de l’emploi coûtera des millions d’euros! Aulnay va souffrir fiscalement: en 2017, ce sera 5 millions d’euros de taxe fiscale qui ne rentreront plus. Entre-temps, il faut absolument que des entreprises s’installent. Je suis optimiste sur notre capacité à poursuivre notre développement économique, à attirer des investisseurs, notamment de l’industrie à haute valeur technologique. PSA a une centaine d’hectares qui ne servent pas, il faut que des entreprises puissent s’y installer.