«Paris n'est pas un jouet», dit Delanoë à NKM

Avec Reuters

— 

Le maire de Paris Bertrand Delanoë a accusé ce vendredi Nathalie Kosciusko-Morizet de jouer avec Paris et de s'en servir comme d'un tremplin au service de ses ambitions nationales en vue de l'élection présidentielle de 2017. L'ancienne ministre UMP de l'Ecologie a annoncé jeudi sa candidature aux primaires à droite en vue des élections municipales de mars 2014 à Paris. Selon un sondage Opinionway publié vendredi, la député-maire de Longjumeau arriverait largement en tête des primaires mais serait battue par la socialiste Anne Hidalgo.

«Il y a à droite à Paris des élus dont je ne partage pas les idées mais qui ont au moins pour eux la fidélité à Paris», a déclaré Bertrand Delanoë sur BFM TV. «Je constate que Mme Kosciusko-Morizet s'est fait élire par les habitants de Longjumeau en juin dernier. Et maintenant elle leur dit, "vous n'êtes pas assez bien pour moi". C'est parce qu'elle a un autre objectif.»

Les Parisiens «méritent quelqu'un qui leur est fidèle»

Pour l'actuel maire de Paris, les Parisiens «méritent quelqu'un qui leur est fidèle, méritent qu'on ait une passion, une ambition qui puisse être totalement satisfaite par le service des Parisiens». «Ou Paris a des élus qui se consacrent totalement à eux, ou Paris sert de tremplin pour autre chose. Paris n'est pas un jouet», a-t-il souligné. Réagissant aux propos de Nathalie Kosciusko-Morizet qui accuse Anne Hidalgo d'être «l'héritière d'un système», il a dénoncé le ton« condescendant» de l'ancienne porte-parole de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle de 2012.

«Est ce une faute d'être fidèle à Paris depuis douze ans?», a-t-il lancé. «Est-ce une faute de refuser toute autre responsabilité pour ne se consacrer qu'à Paris? Est-ce une faute depuis 12 ans de m'épauler au premier plan comme première adjointe pour redonner de l'énergie, une culture démocratique? Est-ce une faute pendant douze ans de servir Paris et de montrer que Paris progresse?»