Nathalie Kosciusko-Morizet est candidate à la mairie de Paris

POLITIQUE Elle officialise sa candidature dans une interview au «Parisien»...

E.O.

— 

Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris le 14 novembre 2012.
Nathalie Kosciusko-Morizet à Paris le 14 novembre 2012. — PRM/SIPA

«J’ai décidé d’être candidate à la mairie de Paris». Dans une interview au Parisien, Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) officialise ce jeudi sa participation à l’élection muncipale de 2014 dans la capitale.

NKM, élue de l'Essonne, balaie l'idée d'un parachutage: si c'en est un, «c'est un parachutage en passe Navigo», s'amuse-t-elle. Une déclaration en forme de clin d'oeil pour celle qui avait évalué à «quatre euros et quelques» le prix d'un ticket de métro, pendant la campagne présidentielle.

 

«Je ne suis la candidate de personne»

«J'ai beaucoup réfléchi», indique encore l'ex-porte-parole de Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle, et «c'est une décision non pas de raison mais de coeur, de passion».

Cette candidature est-elle synonyme d'un renoncement de François Fillon? «Ce n'est pas à moi de parler» pour lui, répond Nathalie Kosciuko-Morizet, «mais je souhaite recevoir son soutien, et peut-être son engagement dans cette campagne». «Je ne suis la candidate de personne, adoubée par personne», explique Nathalie Kosciuko-Morizet, qui souligne ne pas vouloir «être la candidate d'un parti» mais «la candidate des Parisiens».

Créditée de 28% dans un sondage

L’ex-ministre UMP dit enfin vouloir se présenter «dans le cadre de la primaire ouverte qui a été annoncée». «Je souhaite qu'elle soit ouverte le plus largement possible à tous les électeurs, à tous les Parisiens qui souhaitent l'alternance», déclare-t-elle.

Nathalie Kosciusko-Morizet est créditée de 28% des intentions de vote pour le premier tour de la municipale, dans une enquête Ifop-Fiducial en janvier.  Cette représentante de la jeune garde de l'UMP est considérée par nombre de cadres au sein du parti comme une concurrente sérieuse face à la favorite socialiste Anne Hidalgo qui brigue la succession de Bertrand Delanoë.