«Mariage pour tous»: Les députés adoptent le projet de loi

POLITIQUE 329 députés ont voté pour et 229 contre le texte ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels...

Enora Ollivier

— 

Christiane Taubira à l'Assemblée nationale le 12 février 2013.
Christiane Taubira à l'Assemblée nationale le 12 février 2013. — CHESNOT/SIPA

Les députés ont adopté ce mardi en première lecture le projet de loi sur le «mariage pour tous», avec 329 voix pour (229 voix contre). Neuf élus n'ont pas pris par au vote, et dix se sont abstenus.



Cinq députés UMP se sont abstenus et deux ont voté pour le texte, alors que quatre élus socialistes ont voté contre et cinq se sont abstenus, comme le rapporte notre journaliste à l'Assemblée. Les abstentionnistes de l'UMP sont: Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire, Pierre Lellouche, Edouard Philippe et Nicole Ameline.

Par ailleurs, deux parlementaires se sont trompé dans leur vote: Jean-Louis Borloo, le chef de l'UDI, s'est prononcé contre le texte alors qu'il voulait voter pour tandis que Dominique Tian (UMP) a appuyé sur le bouton «pour» alors que son intention était inverse.

«Merci à tous pour ces jours et ces nuits passés ensemble»

Le vote a été suivi d'un court discours de Christiane Taubira et d'une ovation. «Merci à tous pour ces jours et ces nuits passés ensemble, pour ces sourires, pour ces rires, pour ces confrontations aussi, convictions contre convictions», a lancé la ministre de la Justice, saluant l'adoption d'un texte qui assure «les protections et les sécurités des conjoints et conjointes» et «par dessus tout, des enfants».

«Il y a des choses que ce texte ne pourra pas accomplir», a poursuivi Christiane Taubira, «il ne supprimera pas les jeux amoureux, ni chez les hétérosexuels, ni chez les homosexuels». Avant de se lancer dans un plaidoyer féministe: «Il restera toujours beaucoup beaucoup de femmes pour vous regarder, messieurs, pour vous observer, pour essayer de percevoir derrière vos carapaces la tendresse qui parfois vous habite, pour essayer de percer les défauts qui se cachent parfois sous des dehors affables, et pour discerner dans l'entrelacs de vos défauts et de vos faiblesses si vous êtes capables de tracer «des chemins sur la mer», comme écrivait Antonio Machado [poète espagnol]».

Le texte va maintenant être examiné par le Sénat, à partir du 2 avril.