«Alerte élus homophobes»: Le site Web des jeunes socialistes fait grincer des dents

POLITIQUE Les jeunes socialistes ont lancé il y a une dizaine de jours un site Internet appelant les citoyens à dénoncer les propos homophobes des élus...

Aurélie Delmas

— 

 Capture d'écran du site des Jeunes socialistes le 17 janvier 2012
 Capture d'écran du site des Jeunes socialistes le 17 janvier 2012 — Capture d'écran / 20minutes

Les jeunes socialistes ont mis en ligne mardi 8 janvier une carte interactive permettant aux internautes de dénoncer les dérapages homophobes des élus «pour ne pas les laisser tomber dans l’oubli». Le but? Démontrer une multiplication de ce type de propos. Une initiative, disponible sur le site des jeunes socialistes et sur Twitter (#elushomophobes), qui scandalise dans les rangs de la droite.

 

Vingt-trois déclarations d’élus de droite recensées

Ce jeudi, 23 interventions d’élus, considérées comme homophobes par les jeunes socialistes, étaient recensées sur le site. Point d’élu de gauche sur la carte mais la petite phrase du député UMP des Hauts-de-Seine Patrick Balkany est en bonne place: «Les hommes, ça les révulse de voir des hommes ensemble». De même que la sortie du sénateur UMP Serge Dassault: «Regardez dans l’histoire, la Grèce, c’est une raison de sa décadence» ou encore Jacques Myard, estimant qu’«on est en train de créer des zombies en déclarant que tel enfant est l’enfant de deux pères ou deux mères».

La droite dénonce des méthodes de délation

 
A droite, on dénonce un appel à la délation. Dans un communiqué, Franck Allisio, président des Jeunes Actifs de l’UMP, dénonce la «manière toujours plus agressive, sectaire et nauséabonde de faire de la politique» des jeunes PS «sachant qu’ils considèrent toute opposition au mariage gay comme un propos homophobe». Il demande à Harlem Désir, premier secrétaire du Parti socialiste, de «condamner fermement» cette initiative. Christine Boutin, la présidente du Parti chrétien démocrate, a elle aussi réagi, dénonçant «les méthodes» des jeunes socialistes aux «relents sectaires et dogmatiques».