Mariage pour tous, adoption, PMA: Des positions variées à droite et à gauche

POLITIQUE Revue d'opinion des hommes et femmes politiques sur le mariage des couples homosexuels et la procréation médicalement assistée...

E.O.

— 

Illustration mariage pour tous. Salon du mariage et du Pacs à Lille, le 25 novembre 2012.
Illustration mariage pour tous. Salon du mariage et du Pacs à Lille, le 25 novembre 2012. — M.LIBERT/«20 MINUTES»

Le projet de loi sur le mariage pour tous va être examiné à l’Assemblée à partir du 29 janvier prochain. Alors que les députés socialistes ont retiré de ce texte l’amendement permettant aux couples de femmes d’accéder à la procréation médicalement assistée, 20 Minutes fait le tour des positions sur ces deux sujets, à droite comme à gauche.

Les favorables au mariage et à l’adoption

Les députés socialistes sont tous tenus de voter le texte. La porte-parole du groupe PS à l’Assemblée avait en effet indiqué en décembre qu’il n’y aurait «pas de liberté de vote» sur le sujet car le texte a été préalablement voté «en interne». Ils seront rejoints par les députés communistes et écologistes.

En revanche, rares sont les élus d’opposition qui se sont exprimés en faveur du projet de loi. Franck Riester, député UMP, et Chantal Jouanno, sénatrice UDI, ont publié le 15 décembre une tribune commune dans le JDD pour expliquer pourquoi ils voteraient le texte. Jean-Louis Borloo, député et président de l’UDI, a également fait savoir qu’il voterait la loi «à titre personnel», de même que les centristes Yves Jégo et Jean-Christophe Lagarde.

Les favorables au mariage, à l’adoption, et à la PMA

L’ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes cristallise le débat. Si le groupe PS à l’Assemblée avait décidé à la majorité de déposer un amendement sur le sujet dans le projet de loi sur le mariage et l’adoption, 61 députés avaient voté contre et neuf s’étaient abstenus. Vingt-sept élus avaient même publié une tribune dans le Monde, dans laquelle ils faisaient part de leur hostilité à cet amendement et demandaient à ce que leur nom ne soit pas associé au texte. Finalement, les députés PS ont renoncé ce mercredi à déposer l’amendement, qui devrait être examiné dans le cadre d’une loi sur la famille.

A l’inverse, 100 députés socialistes ont affiché dans une tribune leur soutien à une telle mesure «pour l’égalité des droits». Bruno Le Roux, le chef de file des députés PS, est pour sa part très favorable à la PMA. Le Parti socialiste s’est également prononcé pour cette mesure.

Dans l’opposition, seul Franck Riester (UMP) est pour la PMA, selon un recensement effectué par Mediapart.

Les opposés au mariage… mais favorables une «alliance civile»

Nathalie Kosciusko-Morizet a présenté ce mercredi sa proposition d’ «alliance civile». La députée de l’Essonne a expliqué que cette union offrirait aux homosexuels de s’unir lors d’une «cérémonie solennelle en mairie». Elle permettrait de leur accorder «des droits patrimoniaux et extrapatrimoniaux, qui sont les mêmes que ceux du mariage, sauf l’adoption et la filiation». L’ex-ministre est soutenue dans sa démarche par plusieurs députés UMP comme Axel Poniatowski et Daniel Fasquelle.

Les opposés

L’UMP est officiellement contre le projet de loi sur le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels. Les parlementaires disposent toutefois de la liberté de vote sur le sujet, et pourront se prononcer en faveur du texte. Le Front national se montre aussi opposé au texte, mais le sujet provoque des crispations au sein du parti. Le FN a en effet décidé de ne pas appeler à manifester contre le projet de loi dimanche prochain - Marine Le Pen ne défilera pas – tout en laissant élus et militants libres de défiler. Finalement, la plus farouche opposante est sans doute Christine Boutin, présidente du Parti chrétien démocrate, qui a un représentant à l’Assemblée nationale. L’ex-candidate à la présidentielle voit un lien entre mariage gay et polygamie, et a récemment soutenu que les homosexuels avaient déjà le droit de se marier… avec une personne du sexe opposé.