Conseil constitutionnel: Une «mesquinerie» de Hollande contre Sarkozy, pour NKM

I.R.

— 

Nathalie Kosciusko-Morizet, le 15 septembre 2012.
Nathalie Kosciusko-Morizet, le 15 septembre 2012. — FAYOLLE PASCAL/SIPA

François Hollande a annoncé lundi sa volonté de supprimer le titre de membre de droit du Conseil constitutionnel accordé aux anciens présidents de la République. Le chef de l'Etat souhaite que cette décision, prise dans le cadre des réformes des institutions, ne soit pas rétroactive et s'applique à partir de sa propre présidence.

Il s’est ainsi attiré les foudres de l’ancienne ministre de l’Environnement Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ne voit dans cette réforme qu’une «petite mesquinerie à l'égard de Nicolas Sarkozy», a-t-elle affirmé ce mardi sur France Info.

L’urgence est ailleurs

«L’urgence, c’est la situation économique et sociale. L’urgence, c’est le front de l’emploi. Est-ce que François Hollande n’a vraiment rien à dire à ce point sur les questions de l’emploi que deux jours après avoir dit que c’était la priorité, il ouvre un nouveau front sur un sujet qui n’intéresse pas, je crois, les Français?» a-t-elle demandé.

«La passion réformatrice de François Hollande s'arrête à une petite mesquinerie à l'égard de Nicolas Sarkozy parce que je crois que c'est comme ça qu'il faut le comprendre», a-t-elle déclaré.

Une proposition pour éviter le mariage pour tous

Egalement interrogée sur le mariage homosexuel, la députée de l’Essonne a indiqué qu’elle n’irait pas manifester ce dimanche contre le mariage pour tous. «Je suis contre l’adoption et la PMA (…). Mais je propose une union civile qui offre les mêmes conditions qu’un mariage» sur le plan économique et fiscal (droits de succession, impôts…) mais qui empêche l’adoption et la procréation médicalement assistée.

Elle doit d’ailleurs présenter mercredi, avec plusieurs autres députés UMP, son projet. Fin décembre, elle espérait que cette ligne devienne «la position officielle de l’UMP». Jean-François Copé, président du mouvement, a cependant appelé les militants à participer à la manifestation du 13 janvier.