2013, l'«année de tous les dangers» estime Rachida Dati

M.Gr.

— 

Rachida Dati dans son bureau de la mairie du 7e arrondissement de Paris, le 19 juin 2012.
Rachida Dati dans son bureau de la mairie du 7e arrondissement de Paris, le 19 juin 2012. — V. WARTNER / 20 MINUTES

«Je pense que ça va être une année cruciale, pour ne pas dire l'année de tous les dangers». Interrogée ce mardi matin sur France 2, Rachida Dati a souligné les enjeux qui planent sur l'UMP pour 2013.

L'ancienne garde des Sceaux estime notamment que sa formation politique doit «devenir un parti d'opposition crédible face à la politique de déclin menée par la gauche, mais aussi un parti de reconquête». «Le premier test sera les municipales» a-t-elle indiqué, y voyant un «enjeu fort, important et crucial».

«La mise en oeuvre de l'accord signé entre Jean-François Copé et François Fillon est donc importante», a-t-elle également estimé, indiquant qu'il en allait «de la crédibilité de l'UMP».

«Si on échoue en 2014…»

Interrogée sur la crédibilité des protagonistes à se représenter à la présidence de l’UMP, la députée européenne a expliqué que c'était «leur décision», insistant sur l'importance de mettre l'«UMP en ordre de marche», parce que «si on échoue en 2014, ça va être dur pour les années qui suivent», a-t-elle prévenu.

Quant à la nécessité de voir apparaître de nouvelles têtes au sein de son parti, Rachida Dati a confié que «c'est tout le sujet de la réorganisation qui se met en ordre en ce moment, pour renouveler le coeur du réacteur de cette UMP».