Le Front de gauche, le PCF et le PS s’invectivent pendant les fêtes

POLITIQUE Le Parti socialiste n'a pas du tout apprécié la vidéo acerbe de vœux du PCF et du FDG...

E.O.

— 

Jean-Luc Mélenchon, le 12 décembre 2012 à Florange.
Jean-Luc Mélenchon, le 12 décembre 2012 à Florange. — POL EMILE/SIPA

«Mauvaise foi» et «faute» VS «exigence de soumission» et «censure»: le Parti socialiste, le PCF et le Front de gauche ne connaissent pas la trêve des confiseurs. C’est une vidéo de vœux de fin d’année qui a mis le feu aux poudres. Mercredi soir, les deux mouvements de la gauche de la gauche ont publié un clip grinçant, s’attaquant aux promesses non tenues de François Hollande.

Le PCF et le FDG ont recensé dans cette vidéo intitulée «En 2013, rallumons les étoiles» les renoncements du chef de l’Etat, de la culture au droit de vote des étrangers. Le tout agrémenté d’extraits de discours de François Hollande, ponctués de rires enregistrés, façon sitcom.

L’ «incohérence» du PCF «passé sous silence»

La vidéo n’a pas plu du tout au Parti socialiste, qui a réagi dans un communiqué, jeudi soir. «Ce clip est  de mauvaise foi, mensonger et caricatural: il est une faute contre la gauche», écrit ainsi Harlem Désir, estimant que la vidéo est «une honte pour ses auteurs».

«François Hollande et la gauche qui gouverne sont la cible exclusive de ce clip qui épargne totalement la droite et l'extrême-droite», critique le premier secrétaire du PS qui dénonce aussi une vidéo «passant sous silence l’incohérence du Parti communiste qui a, pour la première fois avec la droite au Parlement, voté contre des réformes qui améliorent la vie quotidienne des Français comme le budget de la Sécurité sociale».

La réponse de Jean-Luc Mélenchon ne s’est pas fait attendre. «J’appelle Harlem Désir à la retenue», lance ce vendredi  le co-président du Parti de gauche, sur son compte Facebook. «Les invectives du Premier secrétaire contre le clip du PCF-Front De Gauche expriment une exigence de soumission et de censure totalement inacceptable», écrit l’ancien candidat à la présidentielle. Aussi, estime-t-il, «au lieu de vociférer, Harlem Désir ferait mieux de se demander quelle part de vérité si évidente il contient pour que tout le monde rit de si bon cœur en regardant ce plaisant petit film».