Valls veut réformer les méthodes d’évaluation de la délinquance

POLITIQUE Le ministre de l’Intérieur estime que le «thermomètre» ne fonctionne pas...

M.P.
— 
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, le 27 novembre 2012, à l'Assemblée nationale, à Paris.
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, le 27 novembre 2012, à l'Assemblée nationale, à Paris. — B.TESSIER / REUTERS

La délinquance a augmenté «tous azimuts de 5,6% au mois de novembre, par rapport à novembre 2011, soit 295.000 faits délictueux contre 280.000, d’après Le Figaro qui a eu accès aux tableaux de bord mensuels de la police et de la gendarmerie. En détail, les atteintes volontaires à l’intégrité physique sont en hausse de 5% (40.500 faits), les atteintes aux biens en hausse de 6,8% (191.600 faits) et les infractions économiques et financières (27.000 faits) augmentent de 13,2%.

Parmi les atteintes aux biens, les vols dans les résidences principales et secondaires on explosé de 17,2% (plus de 24.000 faits), tout comme les vols par effraction dans les commerces (12,7%, 6.000 faits recensés). La criminalité organisée est également en hausse de 5,5% (2.600 faits).

«La violence a augmenté sans discontinuer depuis vingt ans»

Le quotidien note que ces chiffres sont d’ordinaire communiqués par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Mais que depuis quelques mois, ces communications sont plus tardives. Peut-être en raison du fait que son président, un ex-proche de Nicolas Sarkozy et Manuel Valls, Alain Bauer, a démissionné en mai dernier. En octobre, les chiffres de la délinquance avaient déjà augmenté de 8%, rapporte Le Figaro alors que l’ONDRP expliquait qu’il s’agissait d’un «mois atypique». Les gendarmes mettaient la hausse importante dans leur secteur sur le compte d’un nouvel outil statistique… en vigueur depuis janvier dernier, selon Bruno Beschizza, conseiller régional UMP. 

L’outil statistique du ministère de l’Intérieur va de nouveau changer en janvier prochain. Dans un entretien au Figaro, le ministre explique qu’il faut une réforme du mode d'évaluation de la délinquance, en l'estimant notamment sur la durée, afin de mettre fin «aux tentations d'arranger les statistiques». Concernant l'estimation des chiffres de la délinquance, Manuel Valls souhaite «rétablir un thermomètre qui fonctionne et qui donne le vrai état de la température, sans qu'on l'ait préalablement passé au congélateur». «La violence a augmenté sans discontinuer depuis vingt ans», poursuit le ministre. «Il ne s'agit pas de perpétuer un système dans lequel la sous-déclaration et, hélas, trop souvent, la difficulté de déposer plainte sont très importantes. Il s'agit d'avoir enfin le courage d'assumer la révélation de tous les actes de délinquance, par exemple en matière de violences intrafamiliales et à l'égard des femmes.»

Invité de Canal + ce mardi matin, Manuel Valls est revenu sur ses déclarations: «Il y a un outil statistique indépendant et moi je veux le respecter, c'est à lui de publier ces chiffres. Si je veux réformer l'outil statistique, ce n'est pas pour casser le thermomètre, c'est pour que ces chiffres contrairement à ce qu'il se passe depuis des années, soient incontestés, soient incontestables»