François Fillon, lors d'une conférence de presse le 27 novembre 2012 à Paris.
François Fillon, lors d'une conférence de presse le 27 novembre 2012 à Paris. — WITT/SIPA

POLITIQUE

UMP: Fillon affirme être «ouvert à de nouvelles candidatures», et désire un nouveau vote avant l'été

L'ex-Premier ministre ne lâche rien dans le conflit qui l'oppose à Jean-François Copé depuis les élections...

Leurs retrouvailles promettent d'être chaudes ce mardi. Jean-François Copé et François Fillon devaient se retrouver lundi pour trouver une sortie de crise à l'UMP mais le rendez-vous a été repoussé à ce mardi. Or, l'un et l'autre ont depuis affiché des positions qui devraient déplaire. Lundi soir, le président contesté de l'UMP a redit en meeting qu'il était hors de question d'organiser un nouveau vote avant les municipales et que les désormais, toute l'énergie à l'UMP devait passer dans la préparation de ce scrutin.

Une position qui ne satisfait pas François Fillon, qui réclame un nouveau vote «avant l'été». Il l'a réaffirmé sur Europe 1 ce mardi matin. Il a toutefois fait un pas vers une solution de compromis en se déclarant «ouvert à de nouvelles candidatures», expliquant qu'il ne serait pas forcément candidat.

La crise à l'UMP est «un spectacle lamentable» car l'élection a été l’objet d' «innombrables irrégularités», a-t-il lancé. «Tout le monde reconnaît aujourd'hui qu'il faut voter», car c'est «la seule façon de laver les soupçons sur cette élection, de redonner une légitimité à l'équipe de direction de l'UMP, c'est de faire un nouveau vote».

Quatrième semaine de statu quo

L'ex-Premier ministre a développé: «S'il s'agit de revoter avant l'été avec une réforme des statuts en ouvrant complètement le jeu à de nouvelles candidatures pour assurer une sorte de réoxygénation de notre parti politique, j'y suis favorable».

Interrogé sur l'hypothèse qu'il ne soit pas candidat à ce nouveau scrutin pour la présidence de l'UMP, M. Fillon a répondu: «Bien sûr. Je ne me bats pas pour moi. Ce n'est plus le sujet». «Le sujet aujourd'hui est un nouveau départ pour l'UMP, il faut des nouveaux candidats, il faut une nouvelle campagne, il faut des nouveaux statuts qui fassent en sorte que cette élection puisse être irréprochable», a détaillé le député de Paris.

Nul doute que Jean-François Copé repoussera cette solution, laissant le parti dans le même statu quo depuis quasiment quatre semaines.