UMP: NKM refuse le «statu quo»

Avec Sipa
— 

«Il y a urgence», a affirmé mercredi Nathalie Kosciusko-Morizet, refusant sur Radio Classique «le statu quo» à l'UMP. L'ancienne ministre a signé avec Bruno Le Maire, autre «non-aligné», une tribune dans Le Figaro demandant la tenue d'un «congrès» de l'UMP, qui «confierait à une constituante le soin de redéfinir les statuts de l'UMP et d'organiser une élection du président au printemps 2013, ainsi que les primaires de 2016».

«Avec Bruno Le Maire et plusieurs dizaines d'autres parlementaires, on a signé ce matin une tribune dans Le Figaro pour dire il y a urgence» et qu'«on refuse le statu quo» après l'élection contestée du président de l'UMP.

Pour l'ancienne porte-parole du parti, il y a «le risque que les positions se figent», que la situation «traîne trop en longueur».

NKM insatisfaite comme les militants

«Comme beaucoup d'autres, je ne me satisfais pas du tout de cette situation dont ne veulent pas nos militants dans leur immense majorité», a-t-elle ajouté.

En outre, Nathalie Kosciusko-Morizet a affirmé que sa pétition, appelant à refaire le vote sur la présidence de l'UMP, avait recueilli «plus de 38.000 signatures».

«Le prochain exploit, ce n'est pas la quatrième rencontre, c'est l'accord», a-t-elle déclaré, alors que François Fillon et Jean-François Copé doivent de nouveau s'entretenir ce mercredi.

Et d'ajouter: «la limite, c'est la lassitude de nos militants et elle est très grande».