UMP: La division actée, Copé et Fillon peinent à s'accorder

POLITIQUE Récit d'une nouvelle journée de crise à l'UMP, des rencontres Copé-Fillon à l'officialisation du R-UMP à l’Assemblée ...

Matthieu Goar

— 

François Fillon (deuxième à gauche) et Jean-François Copé, lors des journées parlementaires de l'UMP à Marcq-en-Baroeul, le 27 septembre 2012.
François Fillon (deuxième à gauche) et Jean-François Copé, lors des journées parlementaires de l'UMP à Marcq-en-Baroeul, le 27 septembre 2012. — B. CHIBANE/SIPA

Jean-François Copé et François Fillon n’en finissent plus de se rencontrer. Et l’UMP n’en finit plus de s’enfoncer. Après s’être vus deux fois lundi, les deux prétendants ont dialogué à nouveau, mardi soir, pendant près d’une heure dans le bureau du député-maire de Meaux. Sans résultat. Ni l’ultimatum de Nicolas Sarkozy qui touchait à sa fin mardi soir, ni l’agacement des non-alignés [lire l'encadré ci-dessous], ni l’exaspération des militants n’ont poussé les deux hommes à trouver un compromis sur la date d’un vote.

>> Revivez cette journée en direct

La gauche dénonce une instrumentalisation

A l’Assemblée, la journée de mardi n’a fait au contraire qu’aggraver le fossé entre les deux camps. Le matin, François Fillon et Christian Jacob, copéiste, se sont retrouvés à la conférence des présidents qui réunit les chefs des groupes du Palais-Bourbon. L’ancien Premier ministre y participait en tant que président du Rassemblement-UMP (R-UMP), son groupe de députés sécessionnistes. Jacob en tant que patron du groupe UMP historique.

«Au vu de la tête qu’ils faisaient tous les deux, ils n’avaient pas l’air ravis de la situation. Nous, nous avions l’impression d’être des membres de la Cocoe», ironise le vice-président écologiste de l’Assemblée, Denis Baupin. Au cœur de cette «guerre armée», la gauche dénonce une «instrumentalisation» du Parlement, théâtre des conflits d’un parti. Dans les couloirs de la République, les deux clans de l’UMP, eux, comptent leurs forces. 122 députés sont restés fidèles au groupe UMP, 72 députés ont rejoint le R-UMP.

Les fillonistes jettent de l’huile sur le feu

Salle des Quatre Colonnes, les fillonistes jettent de l’huile sur le feu. «On pourrait très bien s’habituer à cette situation», ironise l’un d’entre eux, rejoint par Lionel Tardy: «[Dans l’ancien groupe], il y a un certain nombre de choses qui ne convenaient pas à tous les députés.» Le député de Haute-Savoie évoque une «fracture politique» et se réjouit que chacun puisse dorénavant s’exprimer avec «sa sensibilité».

Officialisé, le R-UMP dispose maintenant d’un temps de parole. Dès mercredi après-midi, deux députés fillonistes pourront donc poser deux questions quand le groupe UMP historique en posera quatre. «Je ne peux pas me résoudre à une scission durable. La solution se trouvera loin des micros et des caméras», explique Christian Jacob. Peut-être dans le huis clos de la nouvelle rencontre entre Copé et Fillon, prévue mercredi.

La conférence des non-alignés qui refusent l’enlisement et le statu quo

Ils ont peur que la situation «se fige», «s’enkyste». Mardi, Nathalie Kosciusko Morizet et Bruno Le Maire, deux figures des «non-alignés», ont tapé du poing sur la table. Dans un communiqué puis lors d’une conférence de presse, ils ont réclamé la tenue d’une nouvelle élection pour la présidence de l’UMP au printemps 2013. «En 2014, ce sera trop tard. Nous sommes des résistants de l’unité», a déclaré l’ancien ministre de l’Agriculture fatigué de sentir «l’exaspération des militants». Ce groupe, qui publiera une tribune dans Le Figaro en appelle au Conseil des sages de l’UMP pour organiser ce nouveau scrutin. «Nous ne voulons pas de ce statu quo, nous voulons rester unis », a expliqué Kosciusko-Morizet inquiète de constater la scission de sa famille à l’Assemblée. NKM et Le Maire avaient un moment envisagé de se présenter eux-mêmes à la présidence de l’UMP. «Ces prétendus non alignés veulent ouvrir une nouvelle course électorale qui leur permette de prendre le départ», a ironisé sur son blog Frédéric Lefebvre.