Marine Le Pen: «Le Rassemblement Bleu Marine accueille tout sauf les givrés»

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Conférence de presse du parti politique d’extrême droite RBM (Rassemblement Bleu Marine) en présence de Marine Le Pen et Gilbert Collard au 6e bureau de l’Assemblée nationale, le 4 novembre 2012.
Conférence de presse du parti politique d’extrême droite RBM (Rassemblement Bleu Marine) en présence de Marine Le Pen et Gilbert Collard au 6e bureau de l’Assemblée nationale, le 4 novembre 2012. — Vincent Wartner/20 Minutes

Alors que Jean-François Copé et François Fillon doivent reprendre leurs discussions pour trouver une solution à la crise que traverse l’UMP ce mardi, la présidente du Front national Marine Le Pen a lancé à l’Assemblée nationale une grande opération de séduction à destination de tous les déçus «de la classe politique au pouvoir depuis trente ans» en présentant son Rassemblement Bleu Marine (RBM).  

La présidente du FN, accompagnée du député Gilbert Collard, a présenté la charte de cette association qui vise à réunir les «patriotes de droite, les patriotes de gauche» au-delà du FN, «à dépasser les partis sans les remplacer», précise-t-elle. Cette «machine d’accession au pouvoir» doit se mettre en marche dans la perspective des prochaines élections municipales.

La charte du RBM est calquée sur le programme idéologique du Front national: place à la «priorité nationale», au refus de toutes les institutions européennes, à l’arrêt de l’immigration, au scrutin à la proportionnelle pour toutes les élections, ou encore au retour «aux prérogatives de la Banque de France». Le point d’achoppement de la peine de mort, qui divise notamment Marine Le Pen et Gilbert Collard, est évacué de cette charte.

«Le RBM accueille tout sauf les givrés»

Le RBM veut ratisser large, rassemblant actuellement le micro-parti de Paul-Marie Coûteaux, le «SIEL», ou encore le parti en gestation «Patrie et citoyenneté» de Bertrand Dutheil de La Rochère. Les deux personnalités sont loin d'être des inconnues au FN, et naviguent depuis plus d’un an avec Marine Le Pen.

Mais attention, prévient la frontiste, si le RBM veut accueillir des «amoureux de la patrie», il n’a pas vocation à être «une machine à recycler les perdants de l’UMP» qui auraient la tentation de migrer vers l’extrême droite. «Certains se prendront la porte dans la figure (en voulant entrer au RBM ndlr). Tous les maires et députés qui auront voté pour les traités européens par exemple», précise Marine Le Pen.

Quant à la récente pique adressée par Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front national, qui avait estimé que le RBM était «à l’eau tiède», les «chauds» étant selon lui voués à rejoindre le Front national, sa fille Marine lui a répondu ce mardi: «Le RBM accueille les chauds, les tièdes, les bouillants, tous sauf les givrés.»