Présidence de l'UMP: Premiers soupçons de fraude sur le scrutin

POLITIQUE Les Alpes-Maritimes seraient le théâtre de fraudes selon la députée Michèle Tabarot...

Reuters

— 

Cette mesure, souligne Mme Tabarot, s'inscrit dans le droit fil des conclusions du groupe de travail parlementaire relatif à la publicité et aux activités commerciales de la télévision publique, qu'elle a coprésidé avec le patron des députés UMP, Jean-François Copé.
Cette mesure, souligne Mme Tabarot, s'inscrit dans le droit fil des conclusions du groupe de travail parlementaire relatif à la publicité et aux activités commerciales de la télévision publique, qu'elle a coprésidé avec le patron des députés UMP, Jean-François Copé. — Stephane Danna AFP/archives

La députée des Alpes-Maritimes Michèle Tabarot, soutien de Jean-François Copé dans la course à la tête de l'UMP, a dénoncé ce dimanche de «grosses difficultés» dans les bureaux de vote de son département, l'une des fédérations les plus importantes de France où des huissiers contrôlent les opérations.

Les militants du principal parti de droite votent ce dimanche pour élire leur président, dans un scrutin qui oppose l'ancien Premier ministre François Fillon et l'actuel secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé. Il y a «de grosses difficultés dans les bureaux de vote des Alpes-Maritimes», a déclaré Michèle Tabarot sur BFM-TV. Contactée par 20Minutes, l'équipe de campagne de Jean-François Copé a déclaré se tenir informée de l'évolution de la situation concernant ces soupçons.

«Sur Cannes, la liste électorale a été coupée en trois, ce qui ne permet pas donc d'exercer un vrai contrôle (...), ensuite sur Nice, nous avons eu des difficultés avec des procurations vierges qui étaient distribuées à l'intérieur du bureau de vote pendant le déroulement du scrutin, et puis de fausses procurations aussi, qui ont d'ailleurs été saisies par l'huissier», a-t-elle ajouté.

«Des attaques purement scandaleuses»

Ces soupçons de fraude ont été jugés «scandaleux» par les soutiens de François Fillon.

«Ce sont des attaques purement scandaleuses qui n'ont pas lieu d'être», a déclaré sur BFM-TV Eric Ciotti, directeur de campagne de l'ancien Premier ministre. «Que ceux qui craignent le résultat final n'essaient pas de le discréditer par avance», a-t-il ajouté en référence aux sondages qui prédisent systématiquement la victoire de François Fillon.

Sur Twitter, le député des Alpes-Maritimes et maire de Nice Christian Estrosi a affirmé que la fraude n'existait «ni à Nice, ni ailleurs». «La fraude et le mensonge n'existent pas chez nous», a-t-il écrit. «Ce sont les règles que Jean-François Copé imposent qui font que c'est un parcours du combattant pour que les militants votent!» a-t-il ajouté.

Les résultats devraient être proclamés tard dans la nuit par la Commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales, qui s'est engagée à garantir la transparence d'un vote sur lequel pèsent des soupçons d'irrégularité dans les deux camps.