Conférence de presse: François Hollande, peu affecté par le «Hollande bashing»

POLITIQUE Hollande a réagi aux couvertures moqueuses des hebdomadaires...

Matthieu Goar

— 

François Hollande à son arrivée au Conseil européen, à Bruxelles, le 18 octobre 2012.
François Hollande à son arrivée au Conseil européen, à Bruxelles, le 18 octobre 2012. — ISOPIX/SIPA

«Y a-t-il un président en France», «Sont-ils si nuls?», «On se réveille»... Oui François Hollande a remarqué les unes moqueuses des hebdomadaires. «Il suffit de circuler», glisse-t-il en réponse à une question sur le «Hollande Bashing». «Je parle anglais couramment ou presque, je peux traduire cette expression, punching-ball peut-être… J’ai une conception de la liberté de la presse qui fait que je ne suis touché par rien, et je la respecte. Il y a des excès, mon prédécesseur en a connus, des modes, des humeurs, des justifications», a expliqué le chef de l’Etat lors de sa conférence de presse.

«Etre président de la République me paraît être la meilleure réponse à mes détracteurs»

Souvent complice avec les journalistes avec qui il aime commenter l’actualité, le chef de l’Etat se dit peu affecté par cette tendance éditoriale. «Je ne pense pas que les Français se déterminent simplement par rapport à ces impressions. Mon trait de caractère, c’est ensuite de penser que cela se retourne. Je ne suis pas à l’âge où on écrit ses mémoires mais j’ai connu des situations tellement plus difficiles. Etre président de la République me paraît être la meilleure réponse à mes détracteurs», ajoute François Hollande.