Le maire de Sevran, Stéphane Gatignon, en grève de la faim

POLITIQUE L'élu écologiste réclame une dotation supplémentaire pour sa commune, l'une des plus pauvres de la Seine-Saint-Denis...

A.-L. B. et E.O., avec AFP

— 

Le maire EELV de Sevran (Seine-Saint-Denis) a décidé d'entamer une grève de la faim pour réclamer une aide supplémentaire. Il s'est installé dans une tente devant l'Assemblée nationale, le 9 novembre 2012.
Le maire EELV de Sevran (Seine-Saint-Denis) a décidé d'entamer une grève de la faim pour réclamer une aide supplémentaire. Il s'est installé dans une tente devant l'Assemblée nationale, le 9 novembre 2012. — BERTRAND GUAY / AFP

Après la manifestation, la grève de la faim. Stéphane Gatignon, le maire (EELV) de Sevran, en Seine-Saint-Denis, qui appelait à manifester vendredi à l’Assemblée nationale à 16h pour défendre les «villes pauvres», a décidé d’entamer une grève de la faim.

«Les pétitions et les discours, ça ne suffit pas», a déclaré Stéphane Gatignon devant le Palais Bourbon, où une centaine de personnes, des élus et des habitants de Sevran, s'étaient déplacées. «Je reste là jusqu'à mardi et plus s'il le faut», a-t-il ajouté. Stéphane Gatignon réclame «une réforme des finances et de la fiscalité locales», notamment une revalorisation de la dotation de solidarité urbaine (DSU), qui doit être votée mardi à l'Assemblée.

«Unir nos forces pour obtenir des actes de solidarité pour nos territoires»

«L'acte grave et désespéré de Stéphane Gatignon qui pourrait mettre en cause son intégrité physique doit prendre fin immédiatement» et «il convient aujourd'hui d'unir nos forces pour obtenir des actes de solidarité pour nos territoires», a estimé le président (PS) du conseil général de Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel dans un communiqué.

Selon lui, «le département de la Seine Saint-Denis est en proie à de graves difficultés financières (...). Comme Président du conseil général, je n'ai eu de cesse de réclamer la mise en oeuvre de mesures d'urgences dans le cadre de la Loi de finance en cours de discussion permettant à notre collectivité d'assumer sa responsabilité vis-à-vis des habitants les plus fragiles de notre département», a-t-il insisté.

Un risque de «mettre la clef sous la porte»

Le 19 octobre, Stéphane Gatignon avait envoyé une lettre aux parlementaires pour réclamer une aide exceptionnelle de cinq millions d'euros pour sa commune, à laquelle des banques refusent de faire crédit, sous peine de «mettre la clé sous la porte». «Si nous n'avons pas ces 5 millions d'euros, nous ne pourrons pas avoir des emprunts de la Caisse des dépôts et nous ne pourrons pas payer les entreprises qui travaillent actuellement pour nous», a-t-il expliqué vendredi, assis dans une tente déployée par ses partisans devant l'Assemblée nationale.

>> Lire l'interview de Stéphane Gatignon, réalisée le 24 octobre

Le maire de Sevran a reçu le soutien d'Eva Joly, qui indique sur Twitter ce samedi: «N'attendons pas que les villes pauvres explosen tpour agir!».