Commission Jospin: l'UMP critique, l'UDI enthousiaste, le FN mitigé

REACTIONS Les réactions politiques sont nombreuses après la remise du rapport Jospin au gouvernement...

Anne-Laëtitia Béraud avec Sipa

— 

La députée UMP des Yvelines, Valérie Pécresse, le 30 août 2012 à Strasbourg.
La députée UMP des Yvelines, Valérie Pécresse, le 30 août 2012 à Strasbourg. — V.KESSLER / REUTERS

Alors que l'ex-Premier ministre Lionel Jospin a rendu son rapport au gouvernement ce vendredi matin, prônant des mesures comme le non-cumul des mandats ou l'introduction d'une dose de proportionnelle à l'issue de la commission de rénovation et de déontologie de la vie publique, les réactions des élus de tous bords sont nombreuses. 

L'inspiration du rapport de la commission de rénovation et de déontologie de la vie publique est «le retour à la République des partis», a estimé Valérie Pécresse (UMP). «On va déconnecter le député du mandat électif d'un territoire, c'est-à-dire des électeurs», a commenté la députée UMP des Yvelines vendredi sur France 2. Le «vrai sujet» selon elle, «c'est celui du nombre des élus et du nombre des collectivités». «Ce qu'il faut, c'est moins d'élus, mais des élus plus puissants, qui ont plus les moyens de travailler, mais qui sont moins nombreux», a-t-elle précisé.

«Caricature»

Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale Christian Jacob a mis en garde contre une «Assemblée nationale peuplée d'apparatchiks, déconnectés des réalités, sans la légitimité du scrutin uninominal». «Depuis dix-huit ans que je suis élu, jamais un électeur ne m'a interpellé pour se scandaliser que je sois député et maire. Cela ne m'a jamais empêché non plus d'être très présent à l'Assemblée», a-t-il expliqué au Parisien. Selon lui, «le problème est posé (aux Français, ndlr) de façon caricaturale en sous-entendant qu'on cumule les postes pour les indemnités».

La fin du cumul des mandats serait même une «erreur totale» pour l'ancien ministre UMP Gérard Longuet. «Nous avons besoin d'avoir des parlementaires qui aient un ancrage sur le terrain et qui connaissent la vie locale et qui exercent des reponsabilités», a-t-il justifié sur Canal +.

La vice-présidente du Parti radical (de Jean-Louis Borloo) Rama Yade, membre de l'UDI s'est enthousiasmée pour les trois mesures principales de ce rapport qui ont fuité dans la presse jeudi soir. Interrogée sur la limitation du cumul des mandats des parlementaires, un seuil de 150.000 signatures de citoyens requis pour se présenter à la présidentielle, et l'élection de 10% des députés à la proportionnelle, elle a assuré sur RFI: «je les partage complètement, et j'espère que le gouvernement suivra avec enthousiasme les trois recommandations principales de ce rapport».

Hervé Morin, président du Nouveau Centre et président du Conseil national de l’UDI, appelle «le gouvernement à s’emparer de ces mesures, attendues des Français, qui vont dans le sens d’une République transparente, impartiale et sobre.»

Proportionnelle à l'Assemblée nationale

Marielle de Sarnez, vice-présidente du Mouvement Démocrate, a écrit dans un communiqué que ce rapport Jospin comporte «un grand nombre d’avancées positives, et s’inscrivent dans le droit fil des propositions formulées par François Bayrou lors de la campagne présidentielle.» Elle ajoute que «sur le cumul des mandats, le statut pénal du président de la République ou la suppression de la Cour de Justice, ces projets de réforme répondent à l’exigence de modernisation et de démocratisation de nos institutions, souhaitée par nos concitoyens. La restriction drastique du  cumul des mandats  pour les ministres et les parlementaires est évidemment un point central.»

Au Front national, Louis Aliot, le vice-président du parti, la réaction est mitigée. Dans un communiqué, le frontiste écrit qu'«il semble que des propositions intéressantes aient été avancées concernant la stricte limitation du cumul des mandats, la modification du scrutin sénatorial ou la modification du statut pénal du chef de l’Etat» déplorant par ailleurs «la timidité de la proposition de réintroduction de la proportionnelle qui serait limitée à 10% de la représentation». Le parti «salue l’avancée que constituerait le parrainage citoyen (remplaçant ndlr) le système des parrainages actuel.»