Jean-Paul Juchon: «Il faut améliorer les trains du quotidien»

INTERVIEW Le président PS de l'Ile-de-France nous répond...

Hélène Colau

— 

Jean-Paul Huchon dans son bureau du conseil régional, jeudi.
Jean-Paul Huchon dans son bureau du conseil régional, jeudi. — V. WARTNER / 20 MINUTES

Le président (PS) de l'Ile-de-France et du Stif, l'autorité organisatrice des transports dans la région, revient sur les projets en cours.

Les inaugurations et prolongements de lignes vont se multiplier dansles mois qui viennent. Pourquoi?
Beaucoup de projets du plan de mobilisation pour les transports de 2008, amplifié par l'accord avec l'Etat en 2011, arrivent en phase de concrétisation. D'ici à la fin de l'année, le T1 sera prolongé vers Asnières-Gennevilliers-Les Courtilles, le T2 vers Pont-de-Bezons et le T3 vers Porte-de-la-Chapelle. La ligne 12 aura pour terminus Front-Populaire, à Aubervilliers, et l'automatisation de la ligne 1 sera terminée. Parallèlement, dès le 1er janvier 2013, le «complément de parcours» permettra de ne plus payer un trajet complet quand on sort de la zone de son Navigo.

Qu'en est-il des rénovations sur les lignes existantes, comme le RER B qui a connu un incident mercredi soir?
Une convention signée en 2011 avec la ministre des Transports a entraîné une mobilisation exceptionnelle d'un milliard d'euros pour les RER. Le problème n'est pas toujours d'obtenir de l'argent, mais de le dépenser! Parfois, il n'y a pas assez d'ingénieurs, on prend du retard par rapport au politique, comme pour la tangentielle Nord [Sartrouville-Noisy-le-Sec]. Pour les RER, dès 2013, il y aura un train toutes les trois minutes sur le tronçon le plus chargé du B, entre Paris et Aulnay-sous-Bois. La branche nord du RER D a été améliorée, avec 12 trains par heure au lieu de 8… La vétusté conduit à des dysfonctionnements répétés sur le RER B, il faut donc dégager des crédits pour améliorer ces trains du quotidien. Il faut une prise de position ferme du gouvernement.

Le Premier ministre a confirmé qu'un milliard serait débloqué dès 2015 pour la Société du Grand Paris. Cela va faire avancer les choses?
Cette somme arrivera au bon moment. La ministre chargée du Grand Paris, Cécile Duflot, a commandé un rapport, remis à fin novembre, sur les lignes prioritaires du Grand Paris Express. Trois projets sont déjà lancés: le prolongement de la ligne 14 à Saint-Ouen pour 2017, la ligne rouge [rocade autour de Paris] pour 2018 et la orange. La priorité, ce sont les secteurs les plus chargés en termes de voyageurs.

Au conseil régional, ne craignez-vous pas les réductions de budget annoncées par le gouvernement?
Pour continuer à investir, nous demandons de nouvelles ressources. Je n'attends pas un grand soir fiscal, mais j'ai réclamé l'augmentation du versement transports des entreprises.

Les dépenses de fonctionnement du conseil régional ont été critiquées…
70% du budget sont consacrés aux lycées, à l'apprentissage et aux transports. Et les agences de notation, critiquées pour leur sévérité, nous ont attribué la meilleure note possible pour une collectivité.