Fillon hospitalisé, sa campagne ralentie

Alexandre Sulzer

— 

Une parenthèse dans la course. François Fillon, hospitalisé au Val-de-Grâce (Paris) en raison de calculs rénaux, s'est vu obliger de renoncer à se rendre à de nombreux meetings, notamment au Puy-en-Velay, à Saint-Etienne, Avignon ou Nîmes. Pas de quoi inquiéter son entourage, qui assure que le candidat à la présidence de l'UMP devrait reprendre le long marathon des rencontres avec les militants dès ce week-end.

Chez son rival, pas question pour autant de suspendre la campagne, dont la stratégie finale est justement de souligner le dynamisme de Jean-François Copé. Lequel a tout de même pris soin de téléphoner à l'ancien Premier ministre pour lui souhaiter un « prompt rétablissement ». Mais dans une campagne qui ressemble de plus en plus à une course à l'échalote, celle à qui ira à la rencontre du plus grand nombre d'adhérents, le passage par la case hôpital de François Fillon ne pourra empêcher l'équipe Copé d'y voir un signe providentiel.